Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pianocktail

  • Boire la musique

    pianocktail,boris vian

    « - Prendras-tu un apéritif ? demanda Colin. Mon pianococktail est achevé, tu pourrais l’essayer.
    - Il marche ? demanda Chick.
    - Parfaitement. J’ai eu du mal à le mettre au point, mais le résultat dépasse mes espérances. J’ai obtenu, à partir, de la Black and Tan Fantasy, un mélange vraiment ahurissant.
    - Quel est ton principe ? demanda Chick.
    - A chaque note, dit Colin, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace. Pour l’eau de Selbtz, il faut un trille dans le registre aigu. Les quantités sont en raison directe de la durée : à la quadruple croche équivaut le seizième d’unité, à la noire l’unité, à la ronde le quadruple unité. Lorsque l’on joue un air lent, un système de registre est mis en action, de façon que la dose ne soit pas augmentée – ce qui donnerait un cocktail trop abondant – mais la teneur en alcool. Et, suivant la durée de l’air, on peut, si l’on veut, faire varier la valeur de l’unité, la réduisant, par exemple au centième, pour pouvoir obtenir une boisson tenant compte de toutes les harmonies au moyen d’un réglage latéral.
    - C’est compliqué, dit Chick.
    - Le tout est commandé par des contacts électriques et des relais. Je ne te donne pas de détails, tu connais ça. Et d’ailleurs, en plus, le piano fonctionne réellement.
    - C’est merveilleux ! dit Chick.
    - Il n’y a qu’une chose gênante, dit Colin, c’est la pédale forte pour l’oeuf battu. J’ai dû mettre un système d’enclenchement spécial, parce que lorsqu’on joue un morceau trop « hot », il tombe des morceaux d’omelettes dans le cocktail, et c’est dur à avaler. Je modifierai ça. Actuellement, il suffit de faire attention. Pour la crème fraîche, c’est le sol grave.
    - Je vais m’en faire un sur Loveless Love, dit Chick. Ça va être terrible.
    -Il est encore dans le débarras dont je me suis fait un atelier, dit Colin, parce que les plaques de protection ne sont pas vissées. Viens, on va y aller. Je le règlerai pour deux cocktails de vingt centilitres environ, pour commencer.

    Chick se mit au piano. A la fin de l’air, une partie du panneau de devant se rabattit d’un coup sec et une rangée de verres apparut. Deux d’entre eux étaient pleins à ras bord d’une mixture appétissante.
    - J’ai eu peur, dit Colin. Un moment, tu as fait une fausse note. Heureusement, c’était dans l’harmonie.
    - Ça tient compte de l’harmonie ? dit Chick.
    - Pas pour tout, dit Colin. Ce serait trop compliqué. Il y a quelques servitudes seulement. Bois et viens à table. »

    pianocktail,boris vian,voel martin

    Le pianocktail de Boris Vian dans "L'Ecume des Jours", vous connaissez ? Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous quelques notes en arrière avec en 2007  "Un pianocktail pour le réveillon", puis récidive en 2008 avec "Des pianocktails en veux-tu en voilà !", et pour finir en mars 2010 "Le retour du pianocktail". Jusqu'à aujourd'hui, on trouvait peu de videos de l'instrument sur la toile, jusqu'à ce que Jean-François Zygel n'ait eu la bonne idée d'inviter Voel Martin, de la Compagnie marseillaise La Rumeur, dans son émission La Boîte à Musique le 21 juillet 2011.

  • Le retour du pianocktail

     

    On-recycle-les-vieux-tubes-!1_articlephoto.jpg

    Alain Guazzelli, luthier urbain

    En attendant de poursuivre la série consacrée à la paper music, quelques niouzes express avec pour commencer, le retour du pianocktail au pays de la lutherie urbaine, sise comme chacun sait au coeur de la cité de Bagnolet, dans la région parisienne. Le nouveau spectacle de Lutherie Urbaine, Les Lixirs, est une création pluridisciplinaire inspirée de l'oeuvre romanesque de Boris Vian. Aux manettes, on trouve Sophia Domancich, auteur et interprète au pianocktail de la musique du spectacle, Jean-Louis Méchali, à la batterie à emporter, un instrument orchestre hérité des premières batteries, et Jacques Nobili au Trom'Urb, une version recyclée du trombone. Dates à retenir : du 9 au 12 mars 2010 au LULL (Lutherie Urbaine Le Local), 59, avenue du Général de Gaulle à Bagnolet. Plus d'infos ici. En complément une video dans laquelle Jean-Louis Méchali présente le projet Lutherie Urbaine.

  • Burning Piano

    AFFICHE-A4-PIANOCKTAIL.jpg

    J'ai découvert ce blog ouvert il y a quelques mois dont l'intitulé, Burning Piano, m'a tout de suite alerté. Après visite, aucune déception, on y parle bien d'instruments inventés, voire transformés ou déformés. Parmi les premières notes, pianocktail, humanophone, piano roulant et autre burning piano. On attend la suite avec impatience. Comme je n'arrive pas à placer ici la vidéo de piano enflammé trouvée sur ce site,  en voici une autre, au jeu tout aussi risqué.

     

  • Des pianocktails en veux-tu en voilà !

    Plus beaucoup de temps en ce moment pour vous donner des nouvelles des chercheurs de sons. Juste cette info, communiquée par un nouveau lecteur de ce blog, au sujet du pianocktail dont j'ai parlé  ici-même il y a quelques semaines sous l'intitulé "Un pianocktail pour le réveillon". En 2007, il semble que plusieurs luthiers bricoleurs, inspirés par l'invention de Boris Vian décrite dans le roman L'Ecume des Jours, aient livré leur propre version de l'instrument. Outre la version de Géraldine Schenke, déjà présentée dans la note sus-citée, celle présentée par la compagnie Lutherie urbaine, dirigée par Jean-Louis Méchali, a vu le jour à l'occasion du 60ème anniversaire de la parution en livre de poche du célèbre roman. Elle a donné lieu à une création, Ecoutez Voir, avec Sophia Domancich au pianocktail, Jacques Nobili au tromburb (version recyclée du trombone), et Jean-Louis Méchali himself à la batterie. Je ne sais rien de la version d'Antoine de Pierrefeu, ingénieur de profession, mis à part qu'elle repose sur une interface entre un clavier midi et des électropompes afin de privilégier le gout des cocktails. La dernière création est due à la compagnie marseillaise La Rumeur, qui a conçu ce nouvel objet sonore et liquoreux dans le cadre d'un spectacle entre concert et piano-bar. Aux dernières nouvelles, son concepteur, Voel Martin, aurait entrepris des recherches pour synthétiser en un seul et unique instrument "les 4 systèmes qui à partir d'un même concept ont donné une réalisation complètement différente : la première rencontre des pianococteaux ! Seuls extraits visuels et musicaux à découvrir, ceux déjà signalés à propos du pianocktail de Géraldine Schenke, à voir ici.909561478.jpg912430619.jpg

  • Un Pianocktail pour le réveillon

    Comment fait-on, maintenant ? demanda l'antiquaire.
    Colin se leva et ouvrit le petit panneau mobile en faisant la manoeuvre, et ils prirent les deux verres remplis d'un liquide avec des irisations d'arc-en-ciel. L'antiquaire but le premier en clappant sa langue.
    - C'est exactement le goût du blues, dit-il. De ce blues-là même. C'est fort, votre invention, vous savez.
    - Oui, dit Colin, ça marchait très bien.
    - Vous savez, dit l'antiquaire, je vais sûrement vous en donner un bon prix.
    - J'en serais très content, dit Colin. Tout marche mal pour moi, maintenant.
    - C'est comme ça, dit l'antiquaire. Ca ne peut pas toujours aller bien. [...]
    - Si je jouais Misty Mornin' ? proposa l'antiquaire. Est-ce que c'est bon ?
    - Oui, dit Colin, ça rend formidablement, ça donne un cocktail gris perle et vert menthe, avec un goût de poivre et de fumée
    . C'est Boris Vian dans l'Ecume des jours qui décrit ainsi ce singulier instrument dénommé pianocktail. Et aujourd'hui d'autres rêveurs inspirés par l'objet ont relevé le défi et ont donné corps et sons à cette machine à cocktails d'un nouveau genre. Géraldine Schenkel, entre cirque, théâtre et récital désacralisé, réinvente le piano du grand Boris, et c'est pas triste !d0e4f49c3caab189cfff37da54ddd45c.jpg A voir et à écouter ici (Merci Gilles pour le lien !)

    18cc74d4519e661c1478225833b51e7e.jpg983aac7f5058b588cbd304d13732352f.jpg