Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas frize

  • Concert de baisers

    509.jpg

    Un compositeur français, Nicolas Frize, s'est lui aussi intéressé à la musique des corps ou body music. Il a écrit plusieurs oeuvres pour  instrumentariums vivants, tels Concert de baisers pour 300 instrumentistes du baiser, donné en 1983 dans la Cour du Palais Royal à Paris lors de la Fête de la musique, ou Le chant de la chair pour deux percussionnistes et cent interprètes, créé en 1995 à l'auditorium des Halles à Paris. Cette dernière pièce poursuit  les investigations sur les sources musicales et la recherche sur les objets sonores. Elle est dédiée aux sons de la peau : frappes de doigts, de paumes, de poings, de mains, frottements et frôlements, l'ensemble du corps est mobilisé, des régions les plus osseuses aux plus profondes.

    Ne cherchez pas chez votre disquaire (une espèce en voie de disparition !) un enregistrement de Nicolas Frize, vous n'en trouverez pas ! A l'obsession de la trace qui caractérise l'expression actuelle du monde contemporain,  ce compositeur  privilégie la création vivante.

    Est-ce que la captation du présent, des signes, des faits, des objets, des idées..., la constitution de traces, leur conservation, documentation, organisation, valorisation, numérisation, consultation, est le seul acte de mémoire, de visibilité et de fixation historique !? Nous sommes aujourd'hui devant un grand enjeu social d'une construction différée ou médiatisée de notre culture générale ! Cette machinerie actuelle de l'objectivation et de l'objectification, cette passion narcissique pour l'auto anthropologie contemporaine mise en boîtes, ne passe t-elle pas à côté d'une dynamique de mémoire, immatérielle celle-là, et dont la responsabiblité en incomberait aux oeuvres, aux luttes, aux expériences et aux grandes actions collectives ? Serions-nous à ce point emportés dans le temps présent et fuyant, la digestion fulgurante et superficielle des vécus, serions-nous à ce point inopérans en matière de créations et de pratiques collectives, sociales, urbaines, esthétiques, idéologiques..., pour ne plus confier qu'aux archivistes et aux éditeurs nos capacités de construire de la permanence, de la rémanence et de la transmission historique ?  Nicolas Frize

    Concernant la création d'instruments, Nicolas Frize a entamé dans la Manufacture de Sèvres une première phase de conception et de construction d'un instrumentarium entièrement réalisé en porcelaine. Installé dans un pavillon de la Manufacture et travaillant en synergie étroite avec les personnels, le compositeur élabore des claviers, des chimes, des cloches, des instruments inattendus à cordes, à vent et surtout à percussions...en porcelaine ! Dans une seconde phase, il dédiera une oeuvre musicale à tous ces instruments et ces sonorités nouvellement créés, partition qui sera donnée en première mondiale dans la Manufacture en octobre 2008, par un ensemble de percussionnistes rassemblés pour l'occasion.

    194.jpg
    195.jpg

     Un portrait de Nicolas Frize à lire ici