Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique végétale

  • Lutherie végétale

    Télérama 3 12 08.jpg

    Comme ce n'est pas souvent que la presse écrite aborde le sujet, il convient de saluer comme il se doit, c'est à dire avec tambour et trompette, l'article que Xavier Lacavalerie a consacré aux instruments végétaux d'Eric Van Osselaer (souvent présenté ici-même) dans le n° de Télérama daté du 13 décembre 2008. Intitulé "Des chants de carottes", le texte, très documenté et fort bien tourné, présente l'itinéraire ô combien champêtre d'un des pionniers de la musique végétale, à l'occasion de ses interventions les 5 et 6 décembre derniers dans le cadre du (bien nommé) festival "L'art du goût, le goût de l'art" aux Halles de Cahors. Des mp3 et des videos à découvrir sur le site d'Eric rubrique Download

    72dpi_eric_van_osselaer_table_hote.jpg
  • Orchestre de légumes

    image_actu3.jpg

    L'autre facette de la musique végétale concerne les instruments fabriqués directement à partir de végétaux, dont j'ai déjà eu l'occasion de parler à plusieurs reprises ici-même. A côté des troubadours de la musique de légumes que sont Pascal Gayaud et Eric van Osselaer existe aussi un véritable orchestre végétal, le Vienna Vegetable Orchestra, qui vient de publier son deuxième cd, Automate.

    automatecd.jpg
    image_actu2.jpg 
    image_actu4.jpg
    image_actu.jpg
  • Musique végétale

    george_milstein_music_to_grow_plant.jpg
    Dans les années 70, on rencontrait quelquefois chez les disquaires des enregistrements étranges aux titres évocateurs : De la musique pour enchanter vos plantes, Music for Grow Plants, Mother's Earth's Plantasia... ou plus près de nous l'album concept de musique électronique édité par F Communication, Musique pour les plantes vertes.
    Musique pour les plantes vertes.jpg

    145.jpg

    Mother Earth's Plantasia.jpg

    Des études, sérieuses ou mystificatrices, semblaient prouver que certaines plantes étaient sensibles à la musique et que leur croissance se trouvait modifiée par la qualité des musiques diffusées. Ainsi, les plantes qui avaient "écouté" du Mozart poussaient mieux et plus vite que d'autres à qui on avait fait entendre du rock. Certains musiciens actuels ont repris à leur compte cette théorie. Ainsi l'artiste new-yorkais Peter Coffin a présenté en 2007 à Paris au Palais de Tokyo Musique pour plantes vertes. Dans cette installation, des instruments sont laissés à disposition du public et de musiciens dans une serre remplie de plantes vertes.

    Peter Coffin.jpg

    Le physicien Joël Sternheimer, qui, dans les années soixante, connût son heure de gloire comme chanteur sous le pseudo d' Evariste, a développé une théorie  interessante à ce sujet : Lorsque les plantes "écoutent" la mélodie appropriée, les ondes acoustiques sont transformées "microphoniquement" en ondes électromagnétiques elles-mêmes sources "d'ondes d'échelle", et elles se mettent à produire la protéine spécifique à cette mélodie. D'où la création du mot-valise "protéodie" que l'on pourrait traduire par "musique des protéines". A l'inverse, depuis quelques années, grâce à l'arrivée des technologies informatiques, des recherches ont été menées pour  traduire en sons la structure interne des plantes et donner à entendre la "musique des plantes". Ainsi le duo Scénoscome a créé Akousmaflore,  installation intégrant des végétaux sonores et interactifs, qui sera présentée au Théâtre de l'Agora d'Evry du 6 au 22 novembre 2008. Plus d'infos sur la musique et les plantes ici et .

    Akousmaflore.jpg
  • Toujours des niouzes !

    Il se passe toujours quelque chose du côté des chercheurs de sons. A Toulon, dans le cadre de la nuit des musées, c'est le belge Eric Van Osselaer qui avec Orgabits nous régalera d'une délicieuse musique de légumes dont il a le secret le 19 mai à partir de 22 h à l'Espace Peiresc, et sera également présent le 20 et le 21 mai pour des séances d'animation-découverte. Plein de vidéos à voir et d'extraits musicaux à écouter sur son site. A Besançon le vendredi 29 juin à 18 h, la chanteuse Pascale Labbé et le flûtiste Jean Morières, l'inventeur de la flûte zavrila, donneront un concert dans le cadre du 26ème Festival Jazz et musique improvisée en Franche-Comté en relation avec la sortie récente du cd "Un bon snob nu" sur l'excellent label Signature.

    Pour Eric Van Osselaer, à voir et à écouter ici

    Pour Jean Morières,  c'est par

     

    medium_Deux_flutes.jpg

    medium_chapeau-fl-orgpluie_3479.jpgmedium_Morieres_Jean_Un_Bon_Snob_Nu.jpg

    medium_un_bon_snob_nu_au_festival_de_besan_on_1_.jpg

  • Flutenveg

    Suite à l'une de mes dernières notes sur la musique de légumes de Pascal Gayaud, Max Vandervorst me signale que les instruments du potager ont aussi inspiré d'autres musiciens, dont Dominique Gauvrit (dont j'ai souvent parlé ici-même) ou Herman Dewit. Il m'a également signalé l'existence d'un artiste australien spécialiste de la flûte-carotte et, après enquête, je pense qu'il s'agit de Linsey Pollak, dont je vous parlerai plus longuement une autre fois. En attendant, j'ai découvert un autre inventeur légumier, Alain Thirion, que l'on voit ici à droite de la photo au sein du 24 Carrot Quartet, et aussi ci-dessous dans son atelier, en train de percer une carotte. Sur le site, on découvre également quelques bonnes recettes pour construire soi-même ses instruments. Mais en attendant,  comme c'est toujours mieux avec du son, voici deux bons morceaux à écouter en préparant la soupe !

     medium_24_Carrot_Quartet.2.jpg

     

     

     

    medium_Alain.3.jpg

     

     

     

     

     

     

     


    podcast

    podcast

     

     

     

     

     

  • La musique de légumes de Pascal Gayaud



    medium_Numeriser.jpgDécidement, les instruments sculptés à partir de carottes, navets, poivrons, poireaux ou potirons ont le vent en poupe (ou peut-être du vent dans les fanes !). Après (après ou avant ou en même temps d'ailleurs, on ne sait pas très bien qui a commencé !) le Vienna Vegetable Orchestra, après Eric Van Osselaer, voici venir Pascal Gayaud, le premier a publier un livre (chez Lugdivine) sur le sujet. Pas encore pu voir le bouquin mais à la lecture du résumé, ça a l'air vraiment bien fait et en plus, il y a un cd avec.  Parmi les instruments présentés, impossible de résister à la tentation de vous en citer quelques-uns, tant leur seul énoncé met déjà l'eau à la bouche et la musique aux oreilles (à moins que ça ne soit l'inverse !) : aubergine-tambour, carotte-castagnettes, céleri-rave-grosse caisse, pomme de terre-tam-tam, ...

    Voici quelques extraits de musiques pour légumes par le Vienna Vegetable Orchestra :

    podcast
    podcast

    et on peut écouter Eric Van Osselaer ici

    medium_Gayaud.jpg

     

  • Eric Van Osselaer et les fruits et légumes musicaux

    Eric Van Osselaer était récemment l'invité de deux festivals aux intitulés évocateurs, "le mois du goût et du détournement des sens" et  le "festival international de la soupe". Il m'a fait parvenir ces quelques photos qui en disent plus que n'importe quelle description. La tradition instrumentale verte, c'est-à-dire de musiques jouées sur des instruments élaborés à partir d'éléments naturels, ou musiques buissonières,  pour reprendre la belle expression d'Yves Pacher, existe depuis toujours un peu partout en France et ailleurs. Mais,  du côté des instruments végétariens,  pas grand chose. Je connaissais seulement le Wiener Gemüseorchester ou Premier Orchestre Végétal Viennois, un ensemble qui a pris l'habitude à la fin de chaque concert d'offrir à son public une soupe confectionnée avec ses propres légumes instrumentaux. Alors, ça fait vraiment plaisir de voir revenir cette goûteuse tradition, surtout qu'en plus les instruments d'Eric Van Osselaer "sonnent" vraiment bien. Si jamais il passe près de chez vous, ne le ratez surtout pas !
    medium_courgeflute3280.jpg
    medium_dbl-flute_3157.jpg
    medium_ramanas_27k.jpg