Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-claude gagnieux

  • Botaurus Stellaris

    m_9c166297df2ee8523edaa37d9ba7c87b.jpg

    m_86addfee6b06ab72e3f42ef57f34feb7.jpg

    Plus trop le temps d'écrire pour ce blog en ce moment, fin d'année oblige. Aussi, mes notes à venir seront-elles un peu plus espacées. Celle du jour concerne un duo français à l'intitulé surréaliste, Les Butors Etoilés, au sein duquel officient Jean-Claude Gagnieux, créateur d'instruments et de machines sonores venu des arts plastiques, et Maël, venu de la scène rock alternative. Les deux acolytes jouent sur instruments traditionnels et inventés et  pratiquent  le chant circulaire et le chant de gorge. Ils créent des musiques qualifiées de sub-musiques voire du joli intitulé de lingeries vocales et instrumentales, et se placent sous la double influence de Louis Scutenaire et de Marshall McLuhan. Du premier, ils retiennent cette citation : Que chacun reste chez soi! Les Maoris au Groenland, les Basques en Éthiopie, Les Peaux-rouges en Nouvelle-Guinée, les Picards à Samoa, Les Esquimaux à Bratislava, les Papous en Wallonie et Les Celtes en Sibérie. Et du second, celle-ci :  Toutes les formes électriques ont une action décentralisatrice qui tranche sur les formes mécaniques antérieures comme une cornemuse dans un orchestre symphonique.