Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

inventeur d'instrument

  • Peter Whitehead



    medium_lg10.jpg
    medium_cd1.3.jpgAnglais d'origine, Peter Whitehead est inventeur d'instruments, interprète et compositeur. Il vit aujourd'hui aux Etats-Unis, au coeur de la baie de San Francisco. Il a été l'un des membres fondateurs du groupe Mobius Operandi, réputé pour ses créations spectaculaires mêlant théâtre, danse, musiques et instruments créés par Olivier Di Cicco. Ses instruments, souvent basés sur les instruments folkloriques du monde entier, sont construits à partir d'éléments de récup' en lieu et place de ceux généralement employés dans la lutherie traditionnelle. C'est par exemple une harpe élaborée à partir d'un tambour en métal et d'une branche d'eucalyptus, avec des cuillères de cuisine pour les chevilles d'accords. Il chante, compose  et joue sa musique, -  folk par delà les frontières -, pour instruments inventés ainsi que pour quelques instruments conventionnels (par exemple violoncelle),  et pour de nombreux instruments trouvés tels que barres en métal, lames de scie circulaire, cuvettes en verre et jouets. La majeure partie de son information sur la construction d'instruments est venue de l'observation et du voyage, ou des livres, mais il a également étudié par intermittence à New York avec un des maîtres incontestés de la lutherie Ben Hume.

    Un titre à télécharger

    podcast

    Ses quatre albums en écoute chez CD Baby

    medium_cd1.2.jpgmedium_recordings.2.jpgmedium_lg6.2.jpg

  • Zavrila, en veux-tu, en voilà !

    La zavrila est de retour, une occasion à ne pas manquer pour découvrir cette flûte originale et son inventeur, le compositeur et musicien Jean Morières. Il présentera en concert "Sculptures intimes du temps", solo pour la flûte zavrila, le samedi 3 février à 20 h 30 et le dimanche 4 février à 17 h au Salon de Musique de Nûba. Ce dernier est situé 2, rue de l'église, entre Nîmes et Alès, près de St Geniès de Malgloirès et St Mamert. Dans le village, aller au centre, place du Griffe (fontaine), prendre une ruelle : la rue du puits neuf. Au bout de cette ruelle, vous voyez un portail vert, situé à l'angle de la rue de la pétition et de la rue de l'église, c'est là. Suivez ensuite la rue de l'église et rentrez par l'arrière du bâtiment. Ca a l'air compliqué comme ça, mais on finit par trouver (si si je vous assure !), et en plus le lieu est vraiment magnifique.

    A visiter : Nûba

    Trois titres à écouter ici

    medium_Morieres.2.jpg

  • Octopus, un régal de festival !

    Pour un beau festival, ce fût un beau festival, plein de concerts magnifiques et de belles rencontresmedium_DSCN2810.JPGmedium_DSCN2815.JPGmedium_DSCN2830.JPG. Mieux que des mots, voici quelques images saisies au vol : dans l'ordre, Eric Van Osselaer et le cyclophone, un détail de l'installation du larsen magnétique de Vincent Bondet, Jacques Dudon et la synthèse photosonique. Et pour accompagner ces photos, quoi de mieux à écouter que ces deux titres du Modified Toy Orchestra, brillante clôture de cette quatrième édition octopussienne. C'est ici

  • Octopus

    Je pars demain pour Paris pour assister à la quatrième édition du festival Octopus consacré aux inventeurs d'instruments. Pour l'occasion, j'ai écrit un petit texte, "Luthiers à têtes chercheuses", à lire sur le site du journal. Je vais aussi participer à une table ronde le mercredi 17 janvier à partir de 19 h au Point Ephémère, 200, Quai de Valmy dans le 10ème, où seront également présents l'équipe octopussienne et la plupart des inventeurs invités. Je vais donc délaisser ce blog pendant quelques jours, mais à mon retour, j'aurais sûrement pas mal de choses à vous raconter et sans doute à vous montrer. Rien trouvé à vous faire écouter pour l'instant, ça sera à mon retour. A bientôt !

    medium_Festival_Octopus4_aff_72.jpg

  • Le violon pas bidon de Yannick Lemesle

    medium_violinerie_1_.aff.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Avis à la population, c'est ce soir à l'HICAM à Montoison (dans la Drôme à 7km au Nord de Crest) qu'aura lieu une soirée d'impro électroacoustique, avec dans les deux principaux rôles le percussionniste Antez et le violoniste Yannick Lemesle. très impliqué dans le réseau des musiques innovatrices, Antez a notamment joué avec Catherine Jauniaux, Barre Philips, Jérôme Noettinger, Tim Hodgkinson. Il développe des dispositifs alliant souvent acoustique, électronique, instruments préparés, travail de lutherie, programmation, objets de récupération, percussions électroacoustiques. Yannick Lemesle est un musicien polyinstrumentiste, spécialisé en électroacoustique et en lutherie expérimentale. Il a inventé le méli-mélophone, instrument hybride entre le daxophone d'Hans Reichel et le cristal des frères Baschet. En solo, il présentera ce soir  "Violoneries" ou "petite fabrique expérimentale entre amis", création conçue comme une "expérience sonore essentiellement centrée sur le violon et ses possibilités acoustiques, proposée à l'auditeur sous la forme d'une pièce oscillant entre écriture et improvisation, aléatoire, sérieux et humour." 

     

     

    medium_Antez_percussion_solo_2.jpg

  • La Bowed Metal Music de Matt Samolis

    Même si on ne peut pas vraiment parler d'instrument nouveau, les cymbales frottées de Matt Samolis offrent une approche sonore si résolument singulière que l'on peut cependant les classer dans cette rubrique. Avec son acolyte Peter Warren, il a développé une musique microtonale, toute en drones et en sons prolongés, propice aux ambiances méditatives et intimistes.

    medium_webcello9.3.jpg

     

    Plus d'infos ici :

    http://www.mattsamolis.com/

    Et du son ici :

    podcast

  • Neal Feather

    Installé à Baltimore, medium_nondo.jpgNeal Feather a inventé six familles d'instruments déclinés par tailles ou sonorités. Parmi celles-ci, le Nondo, grande tôle d'acier recourbée en forme de U au-dessus de laquelle des cordes sont tendues. Le poids du corps et la tension des cordes créent un équilibre qui peut être momentanément changé en serrant ou en soulevant différents points le long de l'extrémité rigide de la feuille. Les cordes sont frappées avec des maillets et peuvent être amorties avec les doigts.

    Démonstration ici :


    podcast


     

     

  • Octopus fait son festival

    medium_aton.JPGOctopus, le journal en ligne des musiques libres et inventives, propose pour la 4ème année consécutive une nouvelle édition de son festival "Les inventeurs d'instruments". Les concerts auront lieu les 18, 19 et 20 janvier 2007 à Mains d'Oeuvres, au Centre Pompidou et au Point Ephémère. Programmation carrément enthousiasmante, jugez plutôt : le luthier sauvage Max VandervorstOrbes, aka Manu Holterbach et Sophie Durand aux Verres enharmoniquesMonolake ; une rencontre entre les Machines mécaniques et la Caméra musicale de Jacques Rémus, et le Theremin et le Mixtur-Trautonium de Rolf Sudmann ; la Synthèse photosonique de Jacques Dudon (cf. photo) ; la pop Circuit bending du Modified Toy Orchestra. En parallèle, du 5 au 21 janvier 2007, une exposition d'installations sonores rassemblera au Point éphémère les Cyclophones d'Eric Van Osselaer et François Cys et le Larsen magnétique de Vincent Bondet. Plus d'infos très vite sur le site d'Octopus.

    Pour patienter, voici un extrait du CD "Verres enharmoniques" de Manu Holterbach et Sophie Durand (Cloud of Statics/Métamkine) :


    podcast