Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gaston lagaffe

  • Gaston et la musique

    Gaston Lagaffe, gaffophone, André Franquin, bande dessinée

    Gaston Lagaffe est de retour ! Et même si les planches rassemblées dans ce nouvel album, "Lagaffe en musique", édité par Marsu Productions,  ne sont pas inédites, c'est toujours un plaisir de retrouver le roi des gaffeurs dans ses oeuvres, surtout si comme ici elles sont inventives et  musicales.

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

    Le gaffophone est bien sûr à l'honneur mais on rencontre aussi des inventions moins connues (sauf des complétistes qui possèdent déjà l'intégrale des albums) comme le moteur à pistons et la porte à tambour.

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

    Antoine de Caunes s'est fendu d'une préface dans laquelle il explique que pour lui  " Le gaffophone, c’est le rock tel qu’il fut perçu quand il débarqua en France : comme un vent de panique... " et il ajoute "« Et Gaston, (…) c’est le pape du rock ». Pour moi, il serait plutôt le grand frère de la lutherie sauvage et de  la musique expérimentale. Les planches sont classées par ordre chronologique et ont été recolorisées par Frédéric Jannin. Une citation en relation avec la musique est placée en exergue. En cadeau, sur le site de l'éditeur, on peut entendre deux chansons inédites en relation avec Gaston Lagaffe, interprétées par Yvan Delporte : "La morue aux fraises" et "Les Papous".

    A l’occasion de la sortie de l'album "Lagaffe en musique", les lecteurs un peu musiciens peuvent envoyer leur version d’une des chansons (ou les deux) de Yvan Delporte (rédateur en chef de Spirou de 1956 à 1968), et les meilleurs reprises gagneront des ouvrages collector Gaston 1971 VO ainsi que de nombreux lots Pixi. Pour ce faire, envoyez vos MP3 à l'adresse concours@gastonlagaffe.com. Les gagnants seront avertis par email le 30 septembre 2012.

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

  • Gare au gaffophone !

     
    Gaffophone7.jpg

    Attention, gare aux oreilles ! Le spécialiste des gaffes en tous genres est de retour, armé de son engin sonore à haut risque, le Gaffophone. Il fallait bien qu'un jour je me décide à consacrer un post au plus célèbre instrument de la bande dessinée. C'est André Franquin, créateur de l'immortel Gaston Lagaffe, qui a imaginé et dessiné cet instrument détonnant. Après avoir successivement joué de la guitare électrique modifiée, du trombone à coulisse, de la guitare sèche, du bombardon, mais aussi façonné une multitude d'inventions toutes plus farfelues les unes que les autres, Gaston joue du gaffophone pour la première fois le 9 mars 1967 dans la planche 449 du n°1508 de Spirou. A cette occasion, Fantasio propose de le baptiser Brontosaurophone, en raison de son aspect préhistorique mais c'est finalement le terme de gaffophone qui sera conservé par Gaston, plus conforme aux caractéristiques comportementales récurrentes de son personnage. Pour créer l'instrument, Franquin s'est inspiré d'une harpe africaine qui était exposée au Musée Royal de l'Afrique centrale de Tervuren. Mais, comme Gaston  l'explique à Spirou  : "Je me suis inspiré d'un instrument africain, mais j'ai perfectionné... le principe est simple : une vibration du tonnerre avec une résonance maximum...". C'est la partie rédactionnelle des aventures de Gaston et les illustrations dans le Journal de Spirou qui ont mis progressivement l'instrument sur le devant de la scène, en particulier dans les n°s 1528, 1529, 1530, 1531 et 1600, ainsi que pour quelques mémorables illustrations de couverture. Dans le catalogue accompagnant une récente exposition consacrée au monde d'André Franquin à la Cité des Sciences, voici comment est expliquée la gêne engendrée par l'audition de l'instrument : " Les cordes de son gaffophone vibrent intensément et sa caisse de résonance est particulièrement efficace. Mais la caisse de résonance n’amplifie pas toutes les harmoniques de la même façon : elle participe au façonnage du son final, résultant de la superposition des harmoniques sélectionnées. Une caisse de résonance qui n’amplifie que des harmoniques peu mélodieuses donne à l’instrument un son désagréable à entendre. C’est peut-être là que réside l’origine du son désagréable du gaffophone. Encore une gaffe de son inventeur !". Signalons au passage que pour Gaston Lagaffe, ce n'est pas la seule occasion de faire de la musique puisque, outre les instruments  cités ci-dessus, il joue aussi de la guitare de camping, du violon paralysant, de l'appeau à taupes, et fait également partie de plusieurs ensembles instrumentaux, dont les Moon Module Mecs, les Gnap Gnap Gnap et Les Rois des Sons.

    Gaffophone3.jpg
     

    Devant le succès rencontré auprès des lecteurs, un concours , "Fabriquez un gaffophone", est même organisé et annoncé le 29 février 1968 dans le n°1559 de Spirou. Le jury éclectique compte parmi ses membres Jacques Dutronc, Sheila, Pierre Tchernia, Jean-Pierre Beltoise et Frank Pourcel. A cette occasion de nombreux instruments seront présentés, dont il ne subsiste aujourd'hui dans le meilleur des cas que quelques photographies ou même, pour l'un d'entre eux, un petit film amateur mis récemment en ligne par le neveu d'un des participants, Luc Lebrun. Les noms des gagnants du concours furent donnés dans le n° 1560 : 1er prix : Jacques Simon (Nanterre), 2ème prix : Hermo dal Corso (Marseille), 3ème prix : Yves et Luc Lebrun (Neuilly). Il semblerait qu'il existe également un enregistrement sonore dudit instrument. A quand un hommage au gaffophone par certains musiciens et inventeurs actuels ? En attendant, on peut continuer à se régaler les mirettes et les zygomatiques en dégustant les nombreuses planches dédiées à l'instrument. Et devant l'abondance des illustrations glanées sur le net et ailleurs, j'ai décidé d'ajouter un nouvel album à découvrir dès aujourd'hui.

    1559nv3.jpg 
    spirou1559page40.jpg