Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frédéric nogray

  • Chronophone et bols chantants

    festival, Frédéric Nogray, Jéranium, Man'hu

    La prochaine édition du Festival Densités organisée par l'association Vu d'un Oeuf aura lieu du 26 au 28 octobre 2012 à Fresnes-en-Woëvre. Au menu d'un programme chargé et éclectique, deux rencontres avec des chercheurs de sons déjà évoqués ici-même, Frédéric Nogray et Jéranium et Man'hu. Du premier, je ne connais que "Nelki", enregistrement édité par Prêle Records, petit label aventurier sur lequel on rencontre deux autres cds de lutherie expérimentale, "Orgue de bois" d'Eric Cordier et et "Ziph" de Thierry Madiot. Interprétées exclusivement sur bols de cristal de roche, les longues plages de "Nelki" envoûtent et entraînent l'auditeur réceptif dans un état de méditation libéré de toutes contraintes. Les sonorités limpides du cristal évoquent celles des Verres enharmoniques d'Orbes (Emmanuel Holterbach et Sophie Durand).

    frédéric nogray, cristal de roche

    Des seconds, je connaissais Pendule, vu, entendu et apprécié lors de la 23ème édition du Festival de Musiques Nouvelles de Vandoeuvre-les-Nancy en mai 2006, et aussi Léon Napakatbra, machine sonore géante aperçue lors d'une visite au Salon du Livre. Pour Densités, Jéranium et Man'hu, au sein de la compagnie Les Objets Perdus, présentent le Chronophone, installation sonore axée sur l'imprévu, l'inattendu et l'inouï.

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

     


  • Sur les ailes du chant

    41SQ0X7BVVL.jpg

    Il y a bien longtemps que j'ai laissé en supension la rubrique "Invention sonore". Non pas que la matière manque, bien au contraire, mais tout simplement plus le temps, trop d'inventeurs à présenter par ailleurs, ... Depuis le début de mes recherches sur l'invention sonore dans la littérature, j'ai débusqué quelques perles assez fantastiques, dont celle-ci, trouvée dans le roman de science-fiction Sur les ailes du chant  de Thomas M. Disch :  

    La première perception qu'on en ait est une sorte de chant de sirène que jouerait un diapason, loin, très loin, aparemment inoffensif, cela ne pouvait être comparé à rien, sinon peut-être au système solaire lui-même. Il y avait des roues dans les roues, des rouages au sein des rouages, en une récession infinie. Et on passait de l'un à l'autre, on les traversait dans une sorte d'exaltation mathématique, un déroulement régulier d'Eurékas ! Chacun d'eux pour ainsi dire accordé une octave plus haute que le précédent.

    Mais c'est tout le roman de Disch qui mérite qu'on s'y attarde. A travers le récit de la jeunesse de Daniel Weinreb, homme ordinaire,  et de  sa quête éperdue du chant, nécessaire à l'envol et à l'oubli, Disch trace le portrait d'une Amérique décadente et désespérée. Un livre majeur, d'une rare qualité d'écriture.

    135.png
    Pour accompagner cette lecture, Nelki de Frédéric Nogray, paru sur l'excellent label de Satoko Fujimoto, Prele Records, déjà responsable de plusieurs enregistrements remarquables, tel celui de l'Orgue de bois d'Eric Cordier et Denis Tricot. La musique acoustique de Frédéric Nogray, enregistrée par Eric Cordier et jouée exclusivement sur bols de cristal de roche, se développe au travers de longues plages inspirées et hypnotiques.
    prl004_pochette.jpg
    Une piste pour prolonger cette lecture :  un colloque, Le son des rouages organisé par Calenda, sur les représentations musicales des rapports homme-machine au 20ème siècle s'est tenu en 2007 à Paris. Lire résumé  ici. Programme complet .