Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Octopus

  • Octopus Festival N° 6

    FestivalOctopus6-affiche.jpg

    Déjà plusieurs années qu' Octopus nous régale de découvertes sonores en tous genres dans le cadre de son festival Inventeurs d'instruments. Et cette sixième édition devrait être un bon cru, avec comme d'habitude plusieurs concerts et expositions. C'est ainsi que du 18 au 28 février, deux propositions plastiques et sonores se partageront l'espace du Point Ephémère.

    amusia 5.jpg

    Amusia, installation interactive composée de dômes métalliques réactifs, sonores et lumineux, navigue entre ambient et electronica. Initiée par Iulia, Yvat Popa et Adrian Tabacaru (Roumanie), elle prend la forme de demi-sphères métalliques à l'intérieur rouge qui réagissent en temps réel aux gestes des spectateurs.

    Autre dispositif, Gramophonies, de Yann Rocher, Carl Seleborg et Grégoire Carpentier, est un hommage poétique et visuel à base de gramophones miniatures inspiré de l'histoire de l'invention du phonographe et du gramophone.

    gramophonies-sisyphones-7.jpg

  • Sous le vent des Neptunes

    Un petit break avec cette vidéo des Neptunes  ( live à Cambridge le 29 décembre 2005).

     

  • La Corde à Vent

    835039033.jpg

    Toujours dans le cadre de la 5ème édition du Festival Octopus dont je vous parlai ici-même hier, voici venir la suite du programme de la soirée du vendredi 25 avril au Point Ephémère avec La Corde à Vent, un duo composé de Gérald Chagnard et Sylvain Nallet.

    30657584.jpg
    670915563.jpg

    Ces deux jeunes musiciens ont créé deux spectacles pour jeune public, "Derrière les bruissons" et "Prises de bec", mélangeant avec jubilation musiques improvisées, jazz, chanson et musiques traditionnelles. Leur jeu non orthodoxe se décline sur instruments traditionnels et instruments de lutherie sauvage inspirés par le maître en la matière, le belge Max Vandervorst. On y recontre ainsi saxosoirpotophone, lithophone et autres corps sonores, mis au service d'un univers onirique propre à enchanter les oreilles les plus obtuses. Au final "une belle histoire de sons à mettre entre toutes les oreilles", et pas seulement celles des enfant. Des extraits à découvrir ici.

    36705486.jpg


     

  • Festival Octopus

    Bien qu'avec quelques mois de retard par rapport aux précédentes éditions, le voici, le voilà, il est revenu le festival  que tous les aficionados de la guitare à six manches, du violon à caisse d'artichaud ou du dodésaxophone en acier attendent chaque année avec impatience. Tellement que ça leur donne des démangeaisons aux creux des oreilles.

    1936396180.jpg

    Je veux parler bien sûr du Festival Octopus qui pour la cinquième année propose à tous les curieux d' instruments hors normes et de musiques inouïes une programmation roborative. Si riche qu'une seule note n'y suffira pas et que j'ai décidé de parler chaque jour (ou presque) d'un artiste différent. Comme lors des précédentes moutures, le festival décline son programme sous plusieurs formes : concerts, expositions et rencontres.

    1755949407.jpg

    Côté concerts, ça commence en force le vendredi 25 avril au Point Ephémère avec la prestation de The Neptunes, un combo américain officiant exclusivement  sur homemade instruments dont j'ai déjà parlé ici-même. Dès ses débuts en 1994, le trio a annoncé la couleur : délibérement noisy, bricolée et aléatoire, leur musique est un mélange décapant de garage squelettique et de math rock hors normes. Ils fabriquent leurs propres instruments en utilisant tout ce qui leur passe entre les mains : scies, bidons d'huile, tuyaux, vieilles chaises métalliques, ressorts, interrupteurs. Alors pas besoin de vous dire que ça serait vraiment dommage de les rater !

    789173135.jpg
    628525745.jpg
    podcast
    podcast
    podcast


  • Eric van Osselaer

    Lors du dernier festival Octopus, dont je vous parlais hier medium_Copie_de_DSCN2814.2.JPGici-même, Eric Van Osselaer, plus connu pour ses instruments-légumes et ses balançoires sonores, présentait avec François Cys, "Cyclophones", une installation sonore interactive. Conçue à partir d'un vélo d'appartement dont la fonction pédalier est détournée pour devenir productrice de sons, le cyclophone a connu un vif intérêt, et tout particulièrement auprès des enfants. En voici un petit aperçu grâce à cette vidéo à découvrir ici

  • Octopus, un régal de festival !

    Pour un beau festival, ce fût un beau festival, plein de concerts magnifiques et de belles rencontresmedium_DSCN2810.JPGmedium_DSCN2815.JPGmedium_DSCN2830.JPG. Mieux que des mots, voici quelques images saisies au vol : dans l'ordre, Eric Van Osselaer et le cyclophone, un détail de l'installation du larsen magnétique de Vincent Bondet, Jacques Dudon et la synthèse photosonique. Et pour accompagner ces photos, quoi de mieux à écouter que ces deux titres du Modified Toy Orchestra, brillante clôture de cette quatrième édition octopussienne. C'est ici

  • Octopus

    Je pars demain pour Paris pour assister à la quatrième édition du festival Octopus consacré aux inventeurs d'instruments. Pour l'occasion, j'ai écrit un petit texte, "Luthiers à têtes chercheuses", à lire sur le site du journal. Je vais aussi participer à une table ronde le mercredi 17 janvier à partir de 19 h au Point Ephémère, 200, Quai de Valmy dans le 10ème, où seront également présents l'équipe octopussienne et la plupart des inventeurs invités. Je vais donc délaisser ce blog pendant quelques jours, mais à mon retour, j'aurais sûrement pas mal de choses à vous raconter et sans doute à vous montrer. Rien trouvé à vous faire écouter pour l'instant, ça sera à mon retour. A bientôt !

    medium_Festival_Octopus4_aff_72.jpg

  • Octopus fait son festival

    medium_aton.JPGOctopus, le journal en ligne des musiques libres et inventives, propose pour la 4ème année consécutive une nouvelle édition de son festival "Les inventeurs d'instruments". Les concerts auront lieu les 18, 19 et 20 janvier 2007 à Mains d'Oeuvres, au Centre Pompidou et au Point Ephémère. Programmation carrément enthousiasmante, jugez plutôt : le luthier sauvage Max VandervorstOrbes, aka Manu Holterbach et Sophie Durand aux Verres enharmoniquesMonolake ; une rencontre entre les Machines mécaniques et la Caméra musicale de Jacques Rémus, et le Theremin et le Mixtur-Trautonium de Rolf Sudmann ; la Synthèse photosonique de Jacques Dudon (cf. photo) ; la pop Circuit bending du Modified Toy Orchestra. En parallèle, du 5 au 21 janvier 2007, une exposition d'installations sonores rassemblera au Point éphémère les Cyclophones d'Eric Van Osselaer et François Cys et le Larsen magnétique de Vincent Bondet. Plus d'infos très vite sur le site d'Octopus.

    Pour patienter, voici un extrait du CD "Verres enharmoniques" de Manu Holterbach et Sophie Durand (Cloud of Statics/Métamkine) :


    podcast