Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Max Vandervorst

  • Factorev 2013

    musique mécanique,david tudor

    Factorev, 2ème édition de la récup créative, se tiendra à Nantes les 13, 14 et 15 juin à la Halle Alstom n° 5, île de Nantes, dans le cadre de Nantes Capitale Verte de l'Europe. A l’initiative de la Ressourcerie de l’île, l’événement est organisé par l’école des Beaux-arts de Nantes avec la participation des écoles de design, des métiers de l’imprimerie et d’architecture de Nantes. La programmation de cette année invite notamment à explorer l’étendue des sonorités de nos rebuts... Les acteurs de la manifestation s’attachent à convertir plusieurs tonnes de matériaux destinés à être jetés en objets valorisés à travers des expositions, performances, installations sonores, ateliers...

    max vandervorst

    Parmi les artistes programmés, on retrouve le luthier sauvage Max Vandervorst qui présentera "Ceci n'est pas un spectacle" jeudi 13 juin à 20h30 sur la petite scène de la Halle Alstom.

    Et aussi deux installations sonores : le 13 juin à 20h et le 14 juin à 14h30 et 19h : Bobbyland(e)s, un orchestre d'automates dont tous les instruments sont joués par des moteurs et programmés informatiquement. Durant l’année 2011-2012, ce projet participatif a réuni une trentaine d’intervenants dans le cadre d’une création partagée soutenue par la ville de Nantes, la DRAC des Pays de la Loire et le lieu unique. Tous les participants aux répétitions publiques hebdomadaires (et particulièrement les résidents du Bout des Landes, quartier du nord de Nantes où est basé le Studio d‘en Haut) y ont contribué en fonction de leurs disponibilités, leur savoir-faire, et leurs envies : depuis l’invention technique des Bobby (les robots qui actionnent les instruments) jusqu’à l’écriture de la pièce musicale qu’ils interprètent.
    Utilisant des instruments classiques (pianos, contrebasse, percussions…) déjoués par des imprimantes, lecteurs de disquettes ou moteur d’essuie-glace, le dispositif créé plonge l’auditeur dans des sonorités inattendues.Pour Factorev, Bobbyland(es) prend la forme d’une installation musicale réunissant tous les instruments fabriqués pendant l’atelier animé par l’équipe du Studio d’en Haut, rythmée par des performances en live.

     

    Le 13 juin à 20h30 et le 14 juin à 11h30, 15h et 19h30, Apo 33 qui revisitera l'oeuvre mythique de David Tudor "Rain Forest IV".  Sculptures ? Objets trouvés, parfois arrangés selon les envies du musicien, le plus souvent par le hasard des trouvailles : un caddie de supermarché suspendu au plafond, un vieux meuble classeur métallique, aux tiroirs à moitié ouverts remplis de fourchettes et de lampes qui clignotent parfois, de façon aléatoire, un grand radiateur métallique suspendu également. Le grand nombre d'objets suspendus s'explique facilement par la nécessité de leur laisser la plus grande possibilité de vibrer, donc résonner, librement : une grande tôle ondulée à laquelle est fixé un néon, ou encore une très grande vitre; tous les objets sont équipés des fameux transducers ainsi que de capteurs, qui reprennent les sons filtrés et parfois produits par les sculptures...

    musique mécanique,david tudor,max vandervorst

     

  • L'art des déchets sonnants

    Riciclato Circo Musicale, Lutherie Urbaine

    Amoureux des musiques hors les normes, passionnés de lutherie sauvage, dingos de recyclages musicaux en tous genres, cette information devrait vous intéresser.  Les premières rencontres  autour du projet européen "De l'objet recyclé à la création musicale" auront lieu au LULL (Lutteries Urbaines et Lutherie Urbaine) à Bagnolet du 13 au 17 décembre 2012. Après avoir mené une série d'échanges avec des artistes congolais, mozambicains et sud-africains autour de la récupération entre 2000 et 2010, Lutherie Urbaine entame en 2012 et jusqu'en 2014 un cycle de rencontres avec les compagnies Riciclato Circo Musicale et Curieux Tympan. Et ce mois-ci, après trois jours de workshop, c'est le belge Max Vandervorstqui ouvrira le bal le samedi 15 décembre à 20h avec son "Récital pour objets abandonnés et clavier tempéré". Accompagné au piano par Marc Hérouet, le luthier sauvage jouera divers mélodies poétiques et jubilatoires dont il a le secret sur un instrumentarium improbable et inattendu : boîte de conserves, klaxons, fers à repasser, pack de bières, rasoir jetable, ... Belle soirée en perspective !

    max vandervorst, lutherie sauvage

    Le dimanche 16 décembre à 17h ce sera au tour des quatre acolytes du Riciclato Circo Musicale d'entrer en scène. Comme Max Vandervorst, eux aussi font appel à la récupération pour la construction de leurs intruments. Leur spectacle "Electrodomesticatour" intègre des objets du quotidien et en particulier à de nombreux ustensiles electroménagers comme pour mieux nous faire toucher de l'oreille que les sons sont partout : "Non buttate via niente, anzi suonatelo ! (Ne jetez rien, faites sonner !).

    riciclato circo musicale


  • La musique en carton

    Max Vandervorst, pataphonie, lutherie sauvage

    Après "Lutherie sauvage" en 1997 et "Nouvelles lutheries sauvages" en 2006, après avoir longuement exploré les propriétés musicales ignorées du plastique, Max Vandervorst, le roi de la Pataphonie, est de retour avec "Instruments de musique en papier et carton" aux Editions Alternatives. La lutherie sauvage est un terme inventé par Max Vandervorst pour caractériser un genre de la lutherie, qui consiste à construire des instruments avec les moyens du bord, le plus souvent à partir d'obets du quotidien ou de récupération. Généralement en musique, le papier sert à inscrire les portées et les notes, et l'usage du carton se limite aux cartons perforés pour orgues de barbarie et instruments de musique mécanique.

    Max Vandervorst, lutherie sauvage

    Porte-voix

    Dans ce petit livre, Max Vandervorst va plus loin puisqu'il nous propose de fabriquer avec du papier et du carton de véritables instruments de musique.  Après une introduction rapellant la démarche de la lutherie sauvage et la présentation des différents types de carton , on rentre dans le vif du sujet avec les fiches techniques détaillées d'un grand nombre d'objets sonores allant de simples bruiteurs à des instruments plus élaborés.

    Max Vandervorst, lutherie sauvage

    Kazoo

     

    Parmi toutes ces petites merveilles, impossibles à citer en intégralité ici, voici un instrument choisi au hasard, à moins que ce ne soit grâce ou à cause de cette superbe photo.

    Max Vandervorst, lutherie sauvage, pataphonie

    Contrebasse

    Comme toujours dans ce genre d'ouvrages, on est un peu frustré de ne pas pouvoir entendre le son des instruments. On se dit qu'un petit cd d'accompagnement eut été le bienvenu. Seule solution, récupérer papier, carton, ciseaux et autres outils de bricolage et devenir à son tour luthier sauvage. Un moyen raffiné et peu couteux pour "interpréter une oeuvre classique, accompagner une chanson, ou égayer la vie d'une classe ou d'un bureau". Vous l'aurez compris, ce livre pionnier va très vite devenir indispensable aux musiciens, professeurs de musique, animateurs d'ateliers, luthiers en herbe, chercheurs de sons ou simples curieux.

    pataphonie,max vandervorst,lutherie sauvage

     

     

  • Bricoles sonores en tous genres

    Moi qui pensais en démarrant ce blog que la source serait tarie après quelques mois et donc que le dit blog refermerait doucement ses portes, j'avoue (et j'en suis très heureux) m'être mis le doigt dans l'oreille. Preuve en est la surabondance d'infos sur le front des chercheurs de sons et autres luthiers sauvages.

    105521233.jpg

    On commence avec la publication par les Editions Fuzeau de Cuisik, un bouquin écrit par Guillaume Saint-James. Conçu pour les enfants à partir de 11 ans, l'ouvrage est destiné à la pratique collective rythmique. On y apprend notamment comment faire de la zique à partir d'objets du quotidien, en l'occurence des éléments de batterie de cuisine : bouteilles, poubelles, cuillères, casseroles, fouets et autres ustensiles. Un livre qui poursuit la démarche éditoriale de Fuzeau, déjà responsable de la publication de plusieurs ouvrages originaux dédiés à la construction d'instruments : Guide du Boomiste de Joël Genetay, Lutherie éphémère d'Yves Pacher, Alain Strument de Vincent Van Sull. Fuzeau distribue également Nouvelles lutheries sauvages de Max Vandervorst et Chercheurs de sons de Gérard Nicollet aka l'auteur de ces lignes.

    Côté inventeurs, Laurent Taquin dit Faramouz Nouztakin, célèbre inventeur du Nénuphone, présente la nouvelle création de la compagnie des Vents Tripotants, "EupH2Onie", conte aquatique musical sur l'eau de la Dendre à Ath en Belgique le jeudi 1er mai 2008 à 21h30. Un spectacle dans lequel les installations et les instruments inventés occupent une large place, avec notamment les vibrations sonores des rythmes et mélodies des Borborigènes.

    1473571020.jpg

    Un autre luthier sauvage sera présent au cours de cette même journée, Eric Van Ossalaer, qui animera sur le Grand Place à partir de 11 h un laboratoire d’expérimentation sonore aquatique  pour lequel il est prudent de prévoir bottes et K-Way ! La suite demain !

  • Nouveau Territoire des Arts Sonores

    Après un été plutôt fourni côté festivals, cette rentrée s'annonce également bien remplie. Avec pour commencer, la nouvelle édition de Musiques de Rues à Besançon, du 4 au 7 octobre 2007. Sous-titré "Nouveaux territoires des Arts Sonores", ce festival fait la part belle aux instruments inventés et autres machines musicales. Jugez plutôt du programme, Max Vandervorst, Jacques Rémus, Will Menter, Jéranium, Jean-Robert Sédano, Laurent Bigot, Pierre Gordeef, Les Piétons, ... La cérémonie d'ouverture promet elle aussi de belles découvertes sonores avec la nouvelle création de la compagnie "Mécanique Vivante" : "Le Chant des Sirènes". Une création centrée autour d'une invention de Franz Clochard, le Sirénium, "véritable nouvel instrument de musique mécanique qui transmet à un orchestre de quatre sirènes (deux sirènes alto, une basse et une ténor) une musique spatiale aux mélodies envoûtantes et captivantes qui nous emporte dans un imaginaire féérique très coloré."

     

    fa4ec4ddc76d788a30d96dacd6056995.jpg

     

    Quatre vidéos du "Chant des Sirènes"  

    Une vidéo des machines sonores de Pierre Gordeef ici

  • Octopus fait son festival

    medium_aton.JPGOctopus, le journal en ligne des musiques libres et inventives, propose pour la 4ème année consécutive une nouvelle édition de son festival "Les inventeurs d'instruments". Les concerts auront lieu les 18, 19 et 20 janvier 2007 à Mains d'Oeuvres, au Centre Pompidou et au Point Ephémère. Programmation carrément enthousiasmante, jugez plutôt : le luthier sauvage Max VandervorstOrbes, aka Manu Holterbach et Sophie Durand aux Verres enharmoniquesMonolake ; une rencontre entre les Machines mécaniques et la Caméra musicale de Jacques Rémus, et le Theremin et le Mixtur-Trautonium de Rolf Sudmann ; la Synthèse photosonique de Jacques Dudon (cf. photo) ; la pop Circuit bending du Modified Toy Orchestra. En parallèle, du 5 au 21 janvier 2007, une exposition d'installations sonores rassemblera au Point éphémère les Cyclophones d'Eric Van Osselaer et François Cys et le Larsen magnétique de Vincent Bondet. Plus d'infos très vite sur le site d'Octopus.

    Pour patienter, voici un extrait du CD "Verres enharmoniques" de Manu Holterbach et Sophie Durand (Cloud of Statics/Métamkine) :


    podcast

  • Nouvelles lutheries sauvages

     
     
     
    medium_vandervorst2.jpg
     
                                                                                                                                                                                                                                              Max Vandervorst est aujourd'hui bien connu de tous ceux qui s'intéressent aux nouvelles lutheries. Dans son premier livre, "Lutherie sauvage", publié aux Editions Alternatives en 1997, il présentait une série d'instruments de musique fabriqués à partir de matériaux de récupération. Aujourd'hui avec ce nouvel ouvrage, il récidive et va plus loin encore, offrant des recettes inédites pour construire soi-même cinquante objets sonores comme on n'en voit pas souvent. Et là aussi, comme dans l'opus précédent, les éléments les plus divers sont mis à contribution : bouteilles plastique, pots de fleurs, poubelles, tubes en PVC, boîtes de conserve. De cet univers hétéroclite surgissent des OVNI musicaux dont les noms peuvent se lire comme un inventaire à la Prévert : guidon-flûte, ocarispa, monocorde aquatique, aspirateur inspiré... Pour Max Vandervorst, la musique est partout et le plus grand intérêt de ce livre est justement de montrer que chacun d'entre nous peut lui aussi devenir un "luthier sauvage". Encore faut-il avoir l'oeil, et surtout l'oreille, pour être capable de découvrir les subtilités musicales des objets les plus anodins, tels qu'une bicyclette, un aspirateur ou un seau à charbon. Si l'on y arrive , avec de la chance, et aussi pas mal de travail, on aura peut-être la joie d'entrer alors, comme l'auteur, au pays merveilleux de la Pataphonie, "un pays unique dans lequel la musique jaillit de là où l'on ne l'attend pas".
     
     
    Site du musicien :