Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

David Weiss

  • La vibrante égoïne

    En raison des vacances mais aussi de problèmes informatiques intempestifs, je n'avais pu poursuivre ma première note "De la lame à la scie" consacrée aux fabriquants et interprètes de ce drôle d'instrument qu'est la scie musicale. De retour aux affaires (sonores), voici quelques nouvelles pistes d'écoute, dont certaines m'ont été signalées par de fidèles lecteurs de ce blog. Après le compositeur et instrumentiste Emmanuel Brun, qui fût pendant longtemps le maître incontesté de la lame sonore en France, reconnu par des interprètes consacrés tels Yehudi Menuhin et Georges Cziffra, d'autres musiciens ont été séduits à leur tour par l'instrument. C'est notamment le cas de la virtuose Karine Safar, lamiste hors pair dont le répertoire associe mélodies classiques (Bach, Haendel, Chopin, Bizet) à des traditionnels ou à des compositions d'Emmanuel Brun. Au Japon, l'excellent label EM Records a eu la bonne de rééditer les enregistrements de trois fameux lamistes américains, Sam Moore, Jim Leonard et David Weiss. Sam Moore fût dans les années 20 un des premiers spécialistes de la scie musicale, Jim Leonard a enregistré dans les années 70 et 80, et David Weiss est aujourd'hui un des grands virtuoses de la lame sonore. Une video de David Weiss à voir ici, une autre de Karine Safar à c7c4197a018bfa123483dd1fa5b9ebb4.gifvoir .b002d8c79d0fbff85524facb918c575c.jpg

    e32007a04e55089257f92a535aa93e41.jpg858fa4c18819e3a89058e658058f8948.jpg