Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Animula vagula

  • Animula vagula

    Il y a des sites qu'on ne se lasse pas de visiter, et le blog Animula vagula en fait partie. Les amoureux d'art brut et alentours y feront de belles découvertes, mais les chercheurs de sons ne seront pas déçus non plus. Pour preuve, dans un de ses dernier billets intitulé "GOG en goguette" la "petite âme errante" nous donne à lire un extrait de "Gog", un livre du futuriste italien Giovanni Papini. Je ne résiste pas au plaisir de le citer à mon tour, car il s'inscrit à merveille dans mes recherches pour la constitution d'une anthologie littéraire de l'invention sonore.

    "Un sifflement long, gémissant comme celui du vent du nord dans les lézardes, annonça le début du concert. Puis, derrière le rideau, un bourdonnement sombre et intermittent s’éleva, pareil à celui des ruches. Une trombe d’eau, jaillie d’une fontaine invisible, l’accompagnait de ses sourds rebondissements, et l’on entendait en même temps une mélopée stridente, comme de limes en furie. Mais le tout fut soudain dominé par un chœur solennel de rugissements léonins qui disaient l’ardente faim du désert, l’exaspération de la férocité, la terreur de l’impossible"

    Dans un autre billet, rédigé à la suite de sa visite au Marché de la Poésie, la p'tite Ani a aussi capturé au vol ces deux images de luthiers sauvages. Et quoi de mieux pour les accompagner qu'un petit air joué sur la Loillieuse, cette contrebasse bricolée en 5 jours par Eric Loillieux :
    podcast

    c4d95da88dc809066053175108c85a16.jpg443dc26d5abcf4c944d497d3576d7e83.jpg

    2324c67317689fc418188c7bf74a6254.jpg