Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouveaux Instruments

  • Matteo Nasini et les harpes éoliennes

    Matteo Nasini est un artiste et sculpteur sonore italien né en 1976 qui vit et travaille à Rome et qui développe depuis plusieurs années un travail autour des instruments éoliens. "The Sudden Gust" présente une sélection d'enregistrements de harpes éoliennes « jouées » par le vent sur disque vinyle, ainsi qu'un livre d'images grand format liés à la pratique sonore et visuelle que l'artiste développe depuis plusieurs années autour du « son éolien ».

    Matteo Nasini, harpe éolienne

    Matteo Nasini, harpe éolienne

    Matteo Nasini, harpe éolienne

    Matteo Nasini, harpe éolienne

  • Le celloridoo

    Aidin Ardjomandi est un designer iranien qui a inventé un instrument de musique hybride, le celloridoo, croisement entre le violoncelle et le didgeridoo. C'est en préparant sa maîtrise en design industriel qu'il a eu l'idée de concevoir un instrument de la famille des cordophones, le Faghan, instrument à cordes électrique, qui l'a conduit ensuite à inventer le celloridoo.  En voici une présentation tirée de La Lettre du musicien : Cet instrument destiné aux musiciens créatifs, pour reprendre les mots de son inventeur, implique deux techniques de jeu. Tout d’abord le souffle, avec la technique de la respiration circulaire afin de générer le bourdon sur lequel viendra se poser la mélodie. Ensuite, la technique d’archet et de main gauche, semblable à celle des instruments à cordes frottées classiques, qui permet de jouer des notes. Le Celloridoo est équipé de quatre cordes et d’une touche sans frettes. Située à l’extrémité basse, la caisse de résonance (fabriquée en érable et recouverte de résine epoxy) sert à stabiliser l’instrument sur le sol et à amplifier le son des cordes et du souffle, tandis qu’un petit trépied supporte le pavillon qui est désolidarisé de la touche en ébène. L’invention s’est vu décerner la médaille de bronze lors de l’édition 2015 du concours “A Design Award”.

     

  • The Array Nail Violin

    Je partage la vidéo postée il y a quelques jours sur facebook par l'ami José Le Piez. On y découvre le Array Nail Violin inventé et joué par Bill Wesley, un instrument électroacoustique composé de clous accordés. Le musicien enduit ses doigts de colophane puis frotte  les têtes des clous pour produire les notes.

    Array Nail Violin

    Lire la suite

  • Symphonie déconcertante

    Avec pas mal de retard, je relaie la publication de l'excellent blog Beyond the coda. Il s'agit d'une video de Jean-Michel Roux sur une conception de Jean-Pierre Lentin. Elle a été diffusée en décembre 1993 dans l'émission L'oeil du cyclone. Un beau panorama de chercheurs de sons, Hermeto Pascual, Bernard Baschet, Frédéric Le Junter, Jean-Claude Chapuis, Michel Deneuve, Jacques Rémus, Peter Sinclair, Jean Weinfeld, Patrice Moullet, Nicolas Frize, Goa et François Bourlier, Clara Rockmore, Jacques Dudon, Hans Reichel, Michel Moglia, et d'instruments extraordinaires, le lithophone, le cristal, le percuphone, les disques photosoniques, l'harmonica de verre, le theremin, l'orgue à feu...

  • Taishokoto

    Le Taishokoto ou Nagoya harp est un instrument acoustique japonais inventé il y a environ une centaine d'années. Sorte de banjo indien il se compose d'une longue caisse de résonance sur laquelle sont enfilées un certain nombre de cordes. Il s'agit d'un instrument de type épinette des Vosges ou dulcimer. On gratte les cordes de la main droite et on crée les accords à la main gauche grâce à un clavier à boutons type clavier de machine à écrire. Il existe également des versions électrifiées de l'instrument. Il est devenu très populaire en Inde et en Indonesie sous le nom de bulbul tarang, mais est toujours joue au Japon, principalement par des orchestres.

    taishokoto

    taishokoto

     

  • Gaspar Nali

    Des hommes-orchestres il en existe partout dans le monde, comme j'ai eu l'occasion de le montrer il y a quelques années déjà. Le malawien Gaspar Nali appartient à cette famille hétéroclite de musiciens-inventeurs. Accompagné d'un instrument unique : une « guitare » de deux mètres de long à une corde qu’il a nommée le Babatoni, il a enregistré en juillet 2015 son premier album, A Bale Ndikuwuzeni,  chez Spare Dog Records, un label basé à Bristol. La musique est exclusivement disponible en téléchargement.

    Gaspar Nali, babatoni, one man band, homme-orchestre

    Gaspar Nali, babatoni, one man band, homme-orchestre

    Gaspar Nali, babatoni, one man band, homme-orchestre

  • Tree Guitar


    Yuto Hasebe est un artiste, designer et guitariste, né à Nagoya, qui vit et travaille au Japon. Il élabore un art hybride et explore les relations entre les êtres humains et la nature, l'art basé sur le temps, le design biomimétique, sonore et acoustique. Son oeuvre principale, intitulée Guitar Tree, est directement influencée par les formes de la nature comme les arbres et les vaisseaux sanguins. Il a créé un instrument à cordes prolongé par une ramification de branches. Ses performances se déroulent le plus souvent  dans des forêts de bambou japonais.

    yuto hasebe,tree guitar

     

     

  • Yaybahar

    Après une année d'interruption, Chercheurs de sons revient sur le devant de la scène avec en bruit de fond les sons profonds et magnifiques du Yaybahar.

    Conçu par le compositeur et designer turc Tur Görkem Sem, le Yaybahar semble remonter à la nuit des temps. Pourtant sa création est très récente. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer lorsqu'on l'entend pour la première fois, il s'agit d'un instrument entièrement acoustique.

    Yaybahar by Görkem Şen from Olgu Demir on Vimeo.

    Voic comment Olgu Demir, réalisateur de la vidéo de présentation de l'instrument explique son fonctionnement :« Les vibrations des cordes sont transmises par les ressorts hélicoïdaux aux tambours montés sur cadre. Ces pulsations sont transformées en son par les membranes qui font écho sur les ressorts. Il en résulte une expérience d’écoute unique avec un son surround hypnotique. »

    Yaybahar, Tur Görkem Sen

    Yaybahar, Tur Görkem Sen

    Yaybahar, Tur Görkem Sen

  • Il y a des vies qui dévient

    mattt konture,toupidek limonade

    La venue de Mattt Konture chez moi il y a quelques semaines n'est pas étrangère à la chronique que voici. Mattt a remarqué  le disque posé sur un présentoir du salon et m'a signalé qu'il appréciait beaucoup la musique de ce groupe. Et même si les instruments inventés ne figurent pas dans leur instrumentarium, un groupe aussi inventif et délirant méritait bien une chronique. En parallèle, relisant la comixture "Tombe la veste", je me suis aperçu que Mattt avait aussi expérimenté la lutherie sauvage avec une musique jouée sur piano en plastique et dougoudoucrayon  ! Il faudra que je lui demande des précisions sur ce crayon dougoudou !

    mattt konture

    Tant de concours de circonstances et de coincidences m'ont enfin décidé à écrire. Déjà pas mal de temps que la superbe pochette dessinée par Jean-Pierre Nadau me narguait. Le travail de Jean-Pierre Nadau ne m'était pas inconnu,. Je l'avais d'abord découvert comme journaliste au sein de l'excellente et défunte revue Notes pour laquelle il avait signé quelques articles. Je me souviens en particulier d'une page très documentée sur Chomo. Ensuite pour "L'Air de Riens", une exposition collective arlésienne organisée par Originart en 2009 dans laquelle il avait présenté plusieurs dessins de très grands formats à l'encre de Chine noire. Manque de temps, paresse, j'ai sans cesse reculé le moment d'extraire la galette de vinyl de son emballage papier avant de la poser avec précaution sur ma modeste platine qui fait tout mais pas très bien (vinyls, cds, K7, clé usb et même radio).

    Toupidek Limonade

    mattt konture,toupidek limonade,inpolysons

    Mais d'abord Toupidek Limonade kezaco ? Né en 1985, Toupidek Limonade est un trio composé de Jean Caël, basse, guitare, claviers, voix, Kwettap Ieuw, voix, percussions, et Denis Tagu, claviers, accordéon, percussion et voix. Denis Tagu est par ailleurs le fondateur du label rennais InPolySons, spécialisé dans différents courants des musiques inouïes, inentendues et inattendues, comme la toy music, la musique mécanique ou la musique brute (en référence à l'art brut de Jean Dubuffet).

    Si le nom fruité du groupe sonne comme celui d'une boisson exotique, en réalité Toupidek est un mot groenlendais se réfèrant aux petites statues sculptées dans des os de baleine qui représentent des monstres de mer aux pouvoirs magiques, et, sous le mot Limonade, point de sens caché mais un simple clin d'oeil à la célèbre boisson pétillante constituée de jus de citron, d'eau et de sucre. Dans certains contes esquimaux, le Toupidek est un petit être qui ressemble beaucoup à un lutin et qui vit dans des grottes creusées dans les glaciers du Groenland.

    toupidek limonade

    Tout ceci pourrait sembler anecdotique et pourtant, l'univers toupideklimonadien est l'exact reflet des mots et des histoires qui sous-tendent son intitulé. Fortement imprégnés d'humour dadaiste, délire pataphysique, nonsense anglais et calembours oulipiens, les titres sont à eux seuls de délicieux haikus saisis sur le vif du rasoir à mots. D'"Imaginer sa conception" à "Ethers nuitées" en passant par "Hélium d'insouciance", "Profite, rock & roll" et "Or, ni, car", on assiste à un détournement permanent du langage. Et la musique n'est pas en reste qui passe subrepticement d'une ritournelle enfantine absurde et inquiétante à une courte plage instrumentale aussitôt brisée par une rythmique obsédante, aussitôt agonisante. La musique de Toupidek Limonade surprend. Elle se joue des adjectifs comme des étiquettes. Elle est toujours là où on ne l'attend pas. Quelquefois, on aimerait que tel ou tel passage d'un morceau se prolonge mais trop tard, on est déjà emporté ailleurs. La musique de Toupidek Limonade n'est pas logique, elle tourne à l'envers des sillons et voyage au coeur des rêves.

    Des rêves qui se prolongent le temps d'un beau disque vinyl comme on en fait encore...quelquefois.

    Pour en savoir plus sur Toudidek Limonade, une page (en anglais) sur Progarchives.com : ici.

  • Guitare à une corde

    guitare, Brushy One String, One String Guitar

    Retour aux affaires en douceur, avec peu de notes, et, pour l'instrument qui nous occupe aujourd'hui, peu de cordes, voire même une seule corde. Une guitare sommaire qui n'aurait pas déplu à Bobby "l'ami zantrop" Lapointe. Démonstration en images avec un blues acoustique interprété par le bien nommé Brushy One String, roi de la guitare à une corde.

    On trouve de nombreux autres exemples de guitares à une corde chez les luthiers inventeurs. En voici deux exemples parmi les plus réussis.

    One String Guitar

    Cardboard One String Guitar. Brendan de Vallance

    One String Guitar, Cigarbox Guitar

  • Le Grand Letar

    Letritia Kandle, Grand Letar

    Certains noms viennent immédiatement à l'esprit lorsqu'on pense aux pionniers de la guitare électrique : Les Paul, Alvino Rey, Charlie Christian, Merle Travis et quelques autres. Mais une femme mériterait de faire partie de ce panthéon guitaristique. En 1937, Letritia Kandle invente le Grand Letar, la première guitare électrique de table. Voici comment est présenté l'instrument dans Down Beat en octobre 1937, un des premiers articles de presse de l'époque dédié à cet instrument :

    Letritia Kandle, Grand Letar

    Paul Witheman et Letritia Kandle au Grand Letar

    Ce nouvel instrument, connu sous le nom de "Grand Letar" (ainsi nommé par Paul Whiteman) a été inventé et construit par Letritia Kandle. L'instrument à 26 cordes et possède un effet lumineux très nouveau puisqu'il est le seul instrument dont la couleur change quand on en joue. Pendant six ans Miss Kandle a travaillé et développé le système harmonique de l'instrument à partir de celui d'une guitare hawaïenne 18 cordes qu'elle avait également conçue et fabriquée. Miss Kandle a interprété de nombreux programmes musicaux à travers les Etats-Unis. Elle possède son propre orchestre à cordes pour lequel elle écrit tous les arrangements. Miss Kandle a présenté son instrument lors du dernier salon des luthiers de New York.

    Letritia Kandle, Grand Letar

    Letritia Kandle, Grand Letar

    Letritia Kandle dirige le Chicago Plectrophonic Orchestra

    Très jeune, Letritia Kandle des dispositions particulières pour la steel guitar et en 1933 elle se spécialise dans la culture hawaïenne. L'année suivante, elle fonde un groupe de filles, The Koala Girls, qui joue de la musique hawaïenne. En 1937, Letritia a en rêve la vision d'un nouvel instrument de musique et travaille avec son père qui est ingénieur  et la société National Guitars pour que ce rêve devienne réalité. Kandle disait qu'elle avait rêvé que cet instrument est "un son plein, un peu comme celui d'un orgue, et qu'il puisse produire une harmonie complète et change de couleur à chaque changement de tons." Elle a ensuite voyagé à travers tout le pays et joué pour beaucoup de ses idoles mais aujourd'hui il n'existe aucun enregistrement de Letritia Kandle et du Grand Letar.

    Letritia Kandle, Grand Letar, Koala Girls

    Elle n'a jamais connu la gloire et le succès comme beaucoup de ses pairs à la même époque et a progressivement sombré dans l'anonymat. National Guitars n'a jamais construit d'autres exemplaires du Grand Letar en raison de conditions de fabrication trop lourdes et trop coûteuses. A la fin des années 2000, un historien de la steel guitar nommé Paul Warnik a découvert par hasard une photo de Letritia Kandle et de son instrument et n'a pas pu la chasser de son esprit. Après enquête, il a retrouvé sa trace et a pu la rencontrer chez elle alors qu'elle approchait les 90 ans. Dans sa maison il y avait un Grand Letar remisé depuis 55 ans sous les escaliers. Il l'a fait restaurer et le Grand Letar a entamé une nouvelle vie.

    Paul Warnik, Grand Letar

    Paul Warnik et le Grand Letar


  • Boire la musique

    pianocktail,boris vian

    « - Prendras-tu un apéritif ? demanda Colin. Mon pianococktail est achevé, tu pourrais l’essayer.
    - Il marche ? demanda Chick.
    - Parfaitement. J’ai eu du mal à le mettre au point, mais le résultat dépasse mes espérances. J’ai obtenu, à partir, de la Black and Tan Fantasy, un mélange vraiment ahurissant.
    - Quel est ton principe ? demanda Chick.
    - A chaque note, dit Colin, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace. Pour l’eau de Selbtz, il faut un trille dans le registre aigu. Les quantités sont en raison directe de la durée : à la quadruple croche équivaut le seizième d’unité, à la noire l’unité, à la ronde le quadruple unité. Lorsque l’on joue un air lent, un système de registre est mis en action, de façon que la dose ne soit pas augmentée – ce qui donnerait un cocktail trop abondant – mais la teneur en alcool. Et, suivant la durée de l’air, on peut, si l’on veut, faire varier la valeur de l’unité, la réduisant, par exemple au centième, pour pouvoir obtenir une boisson tenant compte de toutes les harmonies au moyen d’un réglage latéral.
    - C’est compliqué, dit Chick.
    - Le tout est commandé par des contacts électriques et des relais. Je ne te donne pas de détails, tu connais ça. Et d’ailleurs, en plus, le piano fonctionne réellement.
    - C’est merveilleux ! dit Chick.
    - Il n’y a qu’une chose gênante, dit Colin, c’est la pédale forte pour l’oeuf battu. J’ai dû mettre un système d’enclenchement spécial, parce que lorsqu’on joue un morceau trop « hot », il tombe des morceaux d’omelettes dans le cocktail, et c’est dur à avaler. Je modifierai ça. Actuellement, il suffit de faire attention. Pour la crème fraîche, c’est le sol grave.
    - Je vais m’en faire un sur Loveless Love, dit Chick. Ça va être terrible.
    -Il est encore dans le débarras dont je me suis fait un atelier, dit Colin, parce que les plaques de protection ne sont pas vissées. Viens, on va y aller. Je le règlerai pour deux cocktails de vingt centilitres environ, pour commencer.

    Chick se mit au piano. A la fin de l’air, une partie du panneau de devant se rabattit d’un coup sec et une rangée de verres apparut. Deux d’entre eux étaient pleins à ras bord d’une mixture appétissante.
    - J’ai eu peur, dit Colin. Un moment, tu as fait une fausse note. Heureusement, c’était dans l’harmonie.
    - Ça tient compte de l’harmonie ? dit Chick.
    - Pas pour tout, dit Colin. Ce serait trop compliqué. Il y a quelques servitudes seulement. Bois et viens à table. »

    pianocktail,boris vian,voel martin

    Le pianocktail de Boris Vian dans "L'Ecume des Jours", vous connaissez ? Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous quelques notes en arrière avec en 2007  "Un pianocktail pour le réveillon", puis récidive en 2008 avec "Des pianocktails en veux-tu en voilà !", et pour finir en mars 2010 "Le retour du pianocktail". Jusqu'à aujourd'hui, on trouvait peu de videos de l'instrument sur la toile, jusqu'à ce que Jean-François Zygel n'ait eu la bonne idée d'inviter Voel Martin, de la Compagnie marseillaise La Rumeur, dans son émission La Boîte à Musique le 21 juillet 2011.

  • Le Cristal Baschet a 60 ans

    Cristal Baschet, Bernard Baschet, François Baschet

    Le saviez-vous, cette année on fêtera le 60ème anniversaire de l'invention du Cristal par Bernard et François Baschet, ainsi que le 30ème anniversaire de l'association Structures Sonores et Pédagogie. Une occasion unique de (re)découvrir cet étonnant instrument. "Je voulais sortir du carcan de la musique contemporaine qu'on faisait à l'époque, celle de Boulez qui disait que la musique est faite pour être lue, et non entendue. Ce qui nous intéresse, nous, c'est la sensorialité, le contact direct avec la vibration", raconte Bernard Baschet. Avec son frère François, il élabore dans les 50 une première version du cristal qui aura une renommée internationale. Ce clavier vertical composé de tiges de cristal émet des sonorités pures et profondes au contact de ses doigts humidifiés. "Le cristal est un vrai instrument. On n'en invente qu'un ou deux par siècle", assure-t-il sans fausse modestie.

    Cristal Baschet, Bernard Baschet, François Baschet

    A l'occasion de cet anniversaire divers évènements se tiendront en France. A Saint-Michel-sur-Orge, où se trouve la grange-atelier de Bernard Baschet, auront lieu les 13 et 14 octobre 2012 au Conservatoire une suite de voyages sonores au travers d'une exposition des sculptures sonores et de l'instrumentarium pédagogique Baschet. D'autres animations se dérouleront durant ces deux journées. Plus d'infos ici.

    Catherine Brisset, Cristal Baschet, Bernard Baschet, François Baschet, musique contemporaine, lutherie expérimentale

    La cristalliste Catherine Brisset, déja responsable de plusieurs cds dédiés au Cristal, vient d'enregistrer "Skylamp" sur l'excellent micro-label français Drone Sweet Drone Recordsqui vise à promouvoir les musiques hybrides et contemporaines.

    Catherine Brisset, Bernard Baschet, Cristal, François Baschet, musique contemporaine, nouvelle lutherie, lutherie expérimentale

    Autour d'elle et de son instrument, huit compositeurs et autant de musiciens (Jean-Christophe Adam Walrand, Sébastien Béranger, Jean-Yves Bosseur, Florence Baschet, Eryck Abecassis, Claudio Jara, Thierry Alla, I-Chun Lee) ont composé et interprété des pièces pour solo, duo ou trio ; explorant ainsi des perspectives encore inexplorées, des matériaux sonores et modes de jeu multiples, questionnant les frontières entre acoustique et électronique...

    L'album en écoute chez Bandcamp.


     


     

  • Chronophone et bols chantants

    festival, Frédéric Nogray, Jéranium, Man'hu

    La prochaine édition du Festival Densités organisée par l'association Vu d'un Oeuf aura lieu du 26 au 28 octobre 2012 à Fresnes-en-Woëvre. Au menu d'un programme chargé et éclectique, deux rencontres avec des chercheurs de sons déjà évoqués ici-même, Frédéric Nogray et Jéranium et Man'hu. Du premier, je ne connais que "Nelki", enregistrement édité par Prêle Records, petit label aventurier sur lequel on rencontre deux autres cds de lutherie expérimentale, "Orgue de bois" d'Eric Cordier et et "Ziph" de Thierry Madiot. Interprétées exclusivement sur bols de cristal de roche, les longues plages de "Nelki" envoûtent et entraînent l'auditeur réceptif dans un état de méditation libéré de toutes contraintes. Les sonorités limpides du cristal évoquent celles des Verres enharmoniques d'Orbes (Emmanuel Holterbach et Sophie Durand).

    frédéric nogray, cristal de roche

    Des seconds, je connaissais Pendule, vu, entendu et apprécié lors de la 23ème édition du Festival de Musiques Nouvelles de Vandoeuvre-les-Nancy en mai 2006, et aussi Léon Napakatbra, machine sonore géante aperçue lors d'une visite au Salon du Livre. Pour Densités, Jéranium et Man'hu, au sein de la compagnie Les Objets Perdus, présentent le Chronophone, installation sonore axée sur l'imprévu, l'inattendu et l'inouï.

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

     


  • Ersatzinette

     

    Will Menter

    Festival de l'Ephémère 25 septembre 2010

    Will Menter m'a envoyé ce message. Vu son intérêt et avec son accord, je le relaie ici-même. Merci de bien vouloir respecter les droits de coyright pour l'utilisation de la musique.

    Will Menter, ersatzinette

    Ersatzinette

    J'ai ce bout de tuyau polypropylène depuis 1983, donc il a presque 30 ans. Il n'est pas si vieux que mon saxophone mais il est plus vieux que tous les vêtements que je porte. A l'époque je jouais plusieurs tuyaux simples sans trous, mais dans celui-ci j'en ai perçé six et je les ai arrondis avec un chalumeau, pour qu'il puisse jouer sept tonalités simples. Je le joue avec un bec de saxophone de la marque anglaise Lawton.

    Chaque fois que je le joue il continue à me suggérer des différentes musiques, et, comme un vieil ami, il me fait rappeler qui je suis et m'assure de ma relation avec le monde.

    Cette fois j'ai créé un morceau qui le réunit avec des instruments de percussion improvisés que j'ai fabriqués comme partie de ma recherche de flûtes éoliennes. 8 cylindres céramique detailles différentes chacun avec un trou. Avant de les monter dans les arbres pour tester leurs sons j'ai remarqué que j'ai bien apprécié les sons de manutention et percussion. Alors j'ai commencé à les enregistrer d'une manière non prévue, et les rythmes aléatoires que j'ai fait m'ont bien plu. C'était comme la pluie et les bourrasques.

    Donc, ce morceau s'est créé à partir de ces deux instruments et de mes explorations pendant quelques jours.

    Cette après-midi j'ai décidé que j'avais envie de partager ce moceau avec quelques gens de ma connaissance. J'ai hésité un peu car la durée est 12 minutes et ça me semblait peut-être audacieux de demander autant de temps et d'attention. Mais bien sûr que "demander" soit le mot important et sans doute un musicien engagé est surtout obligé d'inviter les gens à écouter sa musique.
    podcast


  • L'atelier de Lionel Stocard

    Lionel Stocard, installation sonore

    Si vous habitez Lyon ou si vous passez par là, n'oubliez pas d'aller visiter l'atelier de Lionel Stocard, (dont j'ai déjà eu l'occasion de parler ici-même). Du 10 septembre au 10 octobre, l'artiste ouvre les portes de son antre. Une occasion unique de découvrir ou de redécouvrir des objets sonores le plus souvent inspirés par le rêve.

    revibracleide.jpg

    Révibracléide

    La vie d'artiste, c'est génial.
    Je vous invite à venir découvrir mes dernières créations (des téléphones importables, une installation sonore, des peintures et des mobiles mécaniques) ainsi que mon atelier où les odeurs de bois usinés se mélangent aux odeurs d'huiles et de térébenthine. Une exposition et un lieu de travail vous sont ouverts personnellement, je vous accueillerai sur rendez-vous. Et c'est vous qui m'inviterez à déguster le  verre de l'amitié... la vraie vie d'artiste !

    Plus d'infos sur le blog de Lionel Stocard.




  • Angklung & Cie

    angklung, Robert Hébrard, orgue à angklung

    Joueurs d’angklung
    Dessin d'Emile Bayard paru dans L'Illustration en 1889.

    C'est un petit instrument plutôt discret, aux possibilités mélodiques réduites mais pourtant particulièrement fascinant. D'après Wikipedia, l'angklung, angklung kocok ou angkalung est à la fois un instrument de musique en bambou et un ensemble de musiciens l'utilisant. Il s'agit d'un hochet complexe d'Indonésie populaire dans toute l'Asie du Sud-Est. Il se compose de deux ou trois sections de bambou servant de résonateurs, attachés et maintenus par un ensemble d'autres petites sections de bambou, plus fines, elles-mêmes reliées à un cadre, faisant office de portique. Il en existe toute une série allant de vingt centimètres à plus d'un mètre. On obtient de la musique de l'angklung en le secouant, faisant ainsi claquer les résonateurs de bambou sur les montants. Chaque instrument produit ainsi deux ou trois notes. Il est souvent disposé en série croissante si bien qu'au lieu d'avoir un ou deux instruments par musicien, ce dernier pourra en manipuler plusieurs dizaines. Généralement, trois personnes ou plus ont un angklung dans leurs mains, qui produisent des sons sur différents tons. De cette façon, il est possible de jouer une mélodie pentatonique complète.

    angklung, Robert Hébrard, orgue à angklung

    L'un des pionniers de la lutherie expérimentale en France, le musicien et musicologue  Robert Hébrard, s'est intéressé aux possibilités musicales de l'angklung. Après plusieurs séjours d'études musicales à Bali, Robert Hébrard abandonne l'enseignement de la philosophie pour se consacrer uniquement à la musique : facture instrumentale, enseignement, composition, concerts. Au croisement des traditions d'Afrique, d'Indonésie et d'Europe, il crée une famille de percussions mélodiques en bois, bambou, pierre, peaux et parfois métal.

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    C'est dans ce même esprit qu'a été conçu l'Orgue à angklungs, un instrument original qui permet à un musicien soliste, contrairement à l'angklung originel, de jouer tous les répertoires possibles, sur une gamme chromatique couvrant 3 octaves. L'instrument chante comme un orgue bien qu'il n'ait aucune soufflerie et que le son soit produit par une pluie de petites percussions. Les photos qui suivent ont été prises lors d'une rencontre avec Robert Hébrard dans le Village Musical de Ribambelle à Rennes-le-Château pour la préparation du livre Chercheurs de sons. Le dessin de l'Orgue à angklungs tiré du même ouvrage est de Vincent Brunot.

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    angklung,robert hébrard,vincent brunot,orgue à angklung

  • Mécaphonies

    installation sonore, Loran Brunet

    Découvert grâce à Lutherie Urbaine (que je remercie ici), voici Mécaphonies, une installation sonore créée le 15 mai 2008 au Manège de Reims, dans le cadre d'un "Grand Soir", rendez-vous régulier organisé par le Studio Césaré et le Manège de Reims. 

    Mécaphonies est un projet qui s’articule autour de 7 sculptures-machines de Laurent Golon pilotées, par le truchement d’une carte MIDI, par un ordinateur qui exécute des partitions de Jean-Marc Chouvel.Le dispositif est enrichi par un système sonore de diffusion qui fait entendre simultanément des séquences électro-acoustiques. Ces séquences s’intègrent d’autant mieux qu’elles ont été composées à partir d’enregistrements des sculptures réalisés à l’atelier. Chaque moment musical propose donc la rencontre de deux types de sons : le premier est stable, puisque enregistré, l’autre est plus aléatoire car il met en œuvre des mécaniques soumises à des forces contradictoires : pour une même commande de la carte, les sculptures produisent en effet à chaque fois unévénement sonore différent.

    installation sonore, Loran Brunet, Laurent Golon, Jean-Marc Chouvel

    Mécaphonies#3 constitue une évolution du deuxième dispositif, avec bérimcell', présenté aux Instants Chavirés à Montreuil (93). La possibilité nous a été offerte d'approfondir le travail de sonorisation des sculptures à l'occasion d'une résidence au studio Césaré à Reims. Il s'agissait d'adapter le dispositif à un lieu tel que le cirque du Manège de Reims (un des cirques d'hivers du XIXe siècle les mieux préservés).

    installation sonore, Loran Brunet, Laurent Golon, Jean-Marc Chouvel

    Le Berimcell' est un instrument hybride, inventé par Loran Brunet. Il allie les possibilités du Violoncelle, en particulier avec l’archet frotté, et celles du Berimbao, un instrument traditionnel brésilien. Les possibilités de cet instrument sont exceptionnelles, et la palette de sonorités accessibles extrêmement étendue. Laurent Brunet le joue habituellement avec l’archet préparé, un archet à quatre faces utilisé pour la première fois par Jean-Marc Chouvel dans une pièce pour violoncelle et dispositif : De ma fenêtre.

    installation sonore, Loran Brunet, Laurent Golon, Jean-Marc Chouvel