Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chercheurs de sons - Page 4

  • Les Phasmes

    Les Phasmes, Guigou Chenevier, plaque sonore

    Le trio de plaques amplifiées Les Phasmes sera du 12 au 17 juillet à 20h 30 aux Hauts Plateaux, 4, rue des Escaliers Sainte Anne, Avignon. Les Phasmes ce sont trois musiciens,  Pierre Coiffard, Serge Innocent, Guigou Chenevier, sur une création sonore d'Emmanuel Gilot et une production du Collectif Inouï. De la musique concrète improvisée sur des plaques de verre, de bois et de métal, et avec l'aide de toutes sortes d'objets du quotidien.

    les phasmes,guigou chenevier,plaque sonore



  • Sébastopol, l'homme orchestre

    Sébastopol, homme-orchestre, one man band

    Je sais, je sais, je vous préviens bien tardivement, la Fête de la Musique a lieu aujourd'hui même et ça vous laisse peu de temps pour venir à Arles. Mais en vous dépêchant, vous arriverez juste à temps pour voir et entendre Sébastopol, l'homme orchestre, invité de la Médiathèque d'Arles. Ce n'est pas souvent qu'on a la chance de découvrir un one man band de cette pointure, alors, pour tous ceux qui seraient par là, petit état des festivités à venir : à 17h, première prestation dans la rue de la République devant le Museon Arlaten, suivie à partir de 18h d'un concert-rencontre à la Médiathèque, Place Félix Rey.

    Alan Lomax

     

    Pour ceux qui ne le connaîtraient pas déjà, Sébastopol est un homme-orchestre qui s'inscrit dans la grande tradition des one man band américains. Il s'est intéressé en particulier au travail de collectage effectué par Alan Lomax fils pour les archives sonores de la Bibliothèque du Congrès dans les années 50 auprès de différentes communautés. Les premiers enregistrements d'Alan Lomax père dans les années 30 se firent surtout dans les pénitenciers ainsi que dans des comtés ruraux du sud du pays  où furent recueillis des chants de prisonniers, mais aussi de travailleurs noirs des plantations du sud et de travailleurs d'origine et de culture hispaniques.

    Comme de nombreux hommes-orchestres, Sébastopol joue de la guitare et de l'harmonica, mais aussi du ukulélé et du banjo, et également de nombreux instruments bricolés parmi lesquels la cafetière en si bémol, la batterie multi-bidouilles, la contrebasse de fumisterie et la pompe à vélo jazzoflûte. Son répertoire va du blues au gospel, en passant par la musique cajun, la country avec un soupçon de parfum hawaïen ou oriental.


     

  • Les trompes sont de sortie

    trompe, ballon, Thierry Madiot, Prêle Records

    En ces temps de crise du disque, de mort annoncée du compact disque, on ne dira jamais assez le courageux travail de défrichage des petits labels, qui continuent contre vents et marée à publier des enregistrements de musiques hors les normes. C'est le cas de Prêle Records, micro label avec sept références à son catalogue, dont trois ressortent du domaine qui nous occupe ici, la lutherie expérimentale. Deux d'entre eux ont déjà été présentés ici-même, L'Orgue de bois, de Denis Tricot et Eric Cordier, et Nelki, musiques pour bols chantants en cristal, de Frédéric Nogray.

    trompe, ballon, Thierry Madiot, Prêle Records

    Avec Ziph, musiques pour trompes et ballons, Prêle Records poursuit son exploration des musiques aventureuses. Mais d'abord, le Ziph, kézaco ? Thierry Madiot, son inventeur, l'a peut-être nommé ainsi en référence au zéphyr, ce vent d'ouest très doux et agréable, devenu curieusement vent violent sous sa dénomination populaire de zef. Quelle que soit son origine, le Ziph est un instrument simplissime, uniquement constitué de 3 éléments, un ballon de baudruche reliant un rouleau de revêtement de sol à un anneau. Sur des compositions de Thierry Madiot, un orchestre variant de 2 à  13 instrumentistes invente une musique hypnotique de bourdonnements et d'harmoniques, drone music électronique jouée sur des instruments acoustiques.trompe,ballon,thierry madiot,prêle records

    trompe,ballon,thierry madiot,prêle records

    trompe,ballon,thierry madiot,prêle records

  • Music Tic Tac

    En attendant des mets plus roboratifs, et pour faire suite à l'album consacré aux hommes-orchestres, voici un exemple de ce qu'on peut faire avec quelques boîtes de tic-tac.

  • Appel aux musiciens et bricoleurs

    Nicolas Bras, Musiques de Nulle Part

    Après Des Arts Sonnants, au tour de Chercheursdesons de relayer l'appel à contribution de Nicolas Bras des Musiques de Nulle Part :

    J'ai des propositions autour de mon projet d'instruments bricolés de plus en plus importantes, dont certaines où il me faudrait du renfort,
     
    je suis donc à la recherche de collaborateurs occasionnels à double casquette, musiciens et bricoleurs (pas forcément à niveau équivalent, mais c'est l'idée) pour encadrer ateliers de construction d'instruments (constructions simples et outillage léger)

    Ces ateliers pourront déboucher sur une restitution musicale (position de l'intervenant : chef de pupitre ou musicien accompagnateur)

    Bien sûr préparation en amont, formation à ce type de construction, et je serai présent pour encadrer le tout,

    Disponibilités en journée en semaine, ou week-ends selon projets

    Possibilité de rémunération en cachets, intermittents bienvenus

    Intéressés, contactez Nicolas Bras

    musiquesdenullepart. diff1@gmail.com

  • Scoop it !

    Topophone

    Pour compléter ce blog, je viens de créer une page à propos des chercheurs de sons sur Scoop.it, histoire de donner encore plus de visibilité aux expérimentateurs du monde entier. Elle prendra forme et contenu au gré de l'actualité et de mes découvertes sur le net ou ailleurs. Aussi, si vous trouvez vous-mêmes des informations qui vous semblent dignes d'intérêt, n'hésitez pas à me le faire savoir.

    A suivre...

  • Les machines sonores de Pascal Robitaille

    Pascal Robitaille, machine sonore

    Le québécois Pascal Robitaille crée des environnements sonores pour le théâtre. Il a construit de nombreuses machines sonores, notamment pour En attendant Godot au Théâtre de la Bordée en 2006. En 2009, il a présenté certaines de ses créations lors du Carrefour International du Théâtre à Québec.

    Pascal Robitaille, machine sonore

    photo Fréderick Masson

    Pascal Robitaille, machine sonore

    Photo Nicola Vachon

    Pascal Robitaille

    photo Nicola Vachon

    Il a présenté une installation audio en décembre 2011 aux studios d'Avatar, La machine à cadavre exquis, dont le coeur est une machine qui compose et prononce des cadavres exquis à l’aide d’un séquenceur mécanique aléatoire. Des billes, en tombant sur différents capteurs, composeront des phrases. L’idée est de faire s’exprimer le hasard en lui appliquant un vocabulaire.

    Pascal Robitaille


  • Machines à bruits

    Luigi Russolo

    Luigi Russolo

    Bien avant les machines à bruits du regretté Alain de Filippis et peu de temps après les Intonarumori (en italien littéralement « joueur de bruits)», machines sonores du futuriste italien Luigi Russolo, les premiers bruiteurs de théâtre ou de cinéma ont utilisé d'ingénieuses machines à bruits dont voici quelques exemples. En bonus, des machines sonores vues par un enfant.

     Alain de Fillipis,harpophone

    Harpophone d'Alain de Fillipis. Dessin de Vincent Brunot

    machine à tonnerre

    Machine à tonnerre par agitateur de morceaux de bois qui s'entrechoquent

    machine à tonnerre

    Ce chariot à tonnerre est classé à l'inventaire des théâtres pour son ancienneté et sa sophistication. Rempli de sable, on le faisait rouler à vive allure sur le plancher pour que ses roues crantées reproduisent le bruit du tonnerre. © L'Internaute Nantes / Nathalie Favreau

    machine à bruits,intonarumori,harpophone

    Dessin d'enfant (pédagogie Freinet)




    Machine à bruits


     

  • Workshop Yuri Landman

    Sonic Prostest

    Bonne nouvelle pour tous les bricoleurs, bidouilleurs et autres expérimentateurs sonores, un atelier de construction d'instrument animé par Yuri Landman se tiendra au GRIM de Marseille le samedi 14 avril de 13h à 17h dans le cadre de la 8ème édition du festival Sonic Protest.

    Lors de cet atelier, Yuri vous accompagne dans le montage de l’instrument «Home Swinger», une version portable du Moodswinger, guitare 12 cordes préparée dans la tradition expérimentale avec rajout de cordes résonnant par sympathie créant un timbre se rapprochant du Gamelan et des instruments orientaux. Les différents matériaux sont fournis et la réalisation du «Home Swinger» est aussi simple que de monter un meuble Ikea d’après son concepteur !Les participants repartiront avec leur propre instrument.

    Attention ! Atelier réservé à 16 personnes, pensez à réserver rapidement !

    Prix d'inscription / coût matériel : 125 € renseignements et inscriptions : 04 91 04 59 69  / reservations@grim-marseille.com

    yuri landman

     

    L’atelier sera suivi d’un CONCERT avec tous les participants présentant le travail réalisé dans l’esprit du «Guitar Trio» de Rhys Chatham le dimanche 15 avril.

    Luthier, musicien, designer, les qualificatifs manquent pour définir le travail de l’artiste néerlandais Yuri Landman. Hybridant les techniques de lutherie traditionnelle aux exigences des musiques expérimentales, il détourne guitare, pedal steel, cymbalum et kalimba pour concevoir de nouveaux instruments électriques préparés, avec des accordages insolites. Après avoir travaillé dans une agence de publicité, dessiné des bandes dessinées et avoir fait parti du groupe Zoppo, Yuri Landman se consacre à sa carrière de concepteur d’instruments et de musicien, réalisant des ateliers à travers le monde et présentant le travail réalisé avec ses «apprentis» durant les workshops lors de performances. «Home Swinger», «Quickstep Kalimba», «Caterpillar Drum Guitar», «White Eagle Tailed Bridge» font partie de ses créations «hypercustom» qui ont interpellé des artistes comme Melt-Banana, Women, Enon, HEALTH, dEUS, The Dodos, ou encore Liars, Lightning Bolt et Lee Ranaldo (Sonic Youth) pour lesquels il a réalisé des instruments « sur mesures ».

    yuri landman, home swinger

    Home Swinger

    yuri landman, Moodswinger

    Moodswinger

     

     

  • L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

    Reif Larsen, T.S. Spivet

    Hormis le fait que "L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet" de Reif Larsen est un roman absolument épatant à plus d'un titre, sa lecture me permet fort à propos d'alimenter à nouveau la rubrique "Bruits de pages", qui sommeillait doucement depuis un certain nombre de mois. Et si l'histoire  n'a pas vraiment de rapport avec la lutherie expérimentale ni même avec la musique, elle recèle néanmoins pages 97 et 98, un passage fort intéressant dans lequel l'auteur compare les bruits du train aux ingrédients d'un délicieux sandwich dont le palais de T.S. Spivet, héros de cette aventure, se souvient encore des années après l'avoir dégusté.

    Reif Larsen

    Résumé par l'éditeur :

    T. S. Spivet est un jeune prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Un jour, le musée Smithsonian l’appelle : le très prestigieux prix Baird lui a été décerné et il est invité à venir faire un discours. À l'insu de tous, il décide alors de traverser les États-Unis dans un train de marchandises pour rejoindre Washington DC... Mais là-bas personne ne se doute qu'il n'est qu'un enfant. Muni d'un télescope, de quatre compas et des Mémoires de son arrière-arrière-grand-mère, T. S. entreprend un voyage initiatique qui lui permettra peut-être enfin de comprendre comment marche le monde... Notes, cartes et dessins se mêlent au récit avec un humour et une fantaisie irrésistibles.

    Reif Larsen

    Le Cheval de fer :

    J'avais tellement l'habitude d'entendre les trains de marchandise de l'Union Pacific traverser la vallée deux ou trois fois par jour que, en temps normal, je ne les entendais même plus. Quand on ne guettait pas leur passage, quand on se concentrait sur le crayon qu'on taillait ou sur le specimen qu'on examinait à la loupe, leurs lointaines vibrations passaient inaperçues, perdues pour nos oreilles comme tant d'autres sons auxquels on ne prêtait pas attention : le bruit des respirations, le chant des criquets, le ronflement intermittent de notre réfrigérateur.

    Mais là, c'était différent : j'attendais le Cheval de Fer, et son curieux grondement s'est emparé de tous les synapses de mon cortex sensitif.

    Au fur et à mesure que le bruit s'amplifiait, j'ai commencé à dissocier ses différents composants. Il y avait d'abord cette vibrzation profonde, presque imperceptible du sol sur laquelle se superposaient, unis dans une alchimie parfaite comme les ingrédients d'un délicieux sandwich, le clckety-clack des roues contre les soudures du rail, le ronronnant  bweurra-bweurra des turbines du moteur Diesel et l'irrégulier licka-tim-tam des attelages. Et à tout cela s'ajoutait un frémissement métallique strident, envahissant, semblable au bruit de deux cymbales frottées très vite l'une contre l'autre, hizzleshimsizzleshim-hizzleshimsizzleshim, fruit du contact tressaillant, sans cesse rompu et renouvelé, révisé et ajusté, du train contre les rails et des rails contre le train. Tous ces sons s'amalgamaient parfaitement pour former celui d'un train à l'approche, lequel constituait l'un des rares sons élémenterres existant sur cette Terre (parmi peut-être une dizaine d'autres).

    Reig larsen

     

    Autres sons élémentaires : le tonnerre ; le tick tick tick de l'allume-gaz ; le couninement en deux temps de l'avant-dernière marche du perron ; le rire (enfin, pas n'importe lequel : je crois que je pense à celui de Gracie, quand elle se mettait à glousser sans pouvoir s'arrêter, que tout son corps se contractait et qu'on avait l'impression qu'elle redevenait petite fille) ; le vent qui balayait les champs de foin, surtout en automne, quand les feuilles tombaient avec un léger froissement sur les tiges barbues, les coups de feu, le grattement d'une plume Gillot sur du papier neuf.



  • Hommes-orchestres

    Un nouvel album à découvrir sur ce blog, entièrement dédié aux One Man Band ou hommes-orchestres. J'avais consacré en 2006 plusieurs notes à ces musiciens, célèbres ou inconnus, qui forment un orchestre à eux seuls. Ils utilisent le plus souvent un instrumentarium classique (guitare, harmonica, grosse caisse), mais inventent quelquefois d'ingénieux systèmes instrumentaux. Devant la richesse de l'iconographie glanée sur la toile, j'ai décidé que toutes ces belles photos méritaient bien un album, à découvrir dans la rubrique "Albums", colonne de droite.

    One Man Band, homme-orchestre

    Très belle page sur les hommes-orchestres sur le site de Deke Dickerson

  • Locus Solus

    Musiques rares et instruments inventés à découvrir au Lieu Unique et au Pôle Etudiant à Nantes dans le cadre du Festival Locus Solus du samedi 17 mars au samedi 24 mars.

    Programme complet sur le site du Lieu unique.

    Raymond RousselRaymond Roussel à 19 ans

    Chez l’écrivain Raymond Roussel, « Locus Solus » est le nom d’une vaste propriété où un savant génial dévoile à ses visiteurs ses inventions étonnantes ; La technologie la plus avancée, et parfois la plus délirants, est mise en œuvre pour créer des machines aux effets étranges, où l’art est omniprésent.

    En référence au nom du lieu unique et aux créations hors du commun de Raymond Roussel, « Locus Solus » propose, sous la forme d’un événement, une série de projets entre savoirs scientifiques et créations artistiques dans le domaine de la musique : concerts, installations, rencontres et ateliers.

    Lutherie expérimentale, savants bricolages, installation d’art numérique ou dispositif électronique inédit, peu importe le degré technologique : « Locus Solus » présente machineries musicales, instruments oubliés, recherches sonores.

    Parmi les invités, Loup Barrow, chanteur auteur-compositeur et multi-instrumentiste, qui a intégré a sa palette instrumentale le séraphin et le Cristal Baschet.

    Egalement au programme le samedi 17 mars à 20h 30, Playing With The Dead la nouvelle formule magique de Pierre Bastien, ici en compagnie de Bruno Xavier Ferro Da Silva à la basse et de Steve Argüelles à la batterie.

    Pierre Bastien

    Pour ce nouveau projet, dans l’immense banque de données musicales à notre disposition, Pierre Bastien a minutieusement sélectionné des brefs moments filmés qu’il a reconstruits et mis en boucle pour reconstituer les leitmotivs cinétiques nécessaires à ses compositions. Utilisant la vidéo comme la résurrectine de Locus Solus, il fait rejouer à des morts un court instant de leur vie musicale. En duo ou trio accompagné par deux merveilleux instrumentistes, Pierre Bastien joue avec eux des compositions originales à peine influencées par le folklore inhérent à chaque boucle vidéo, pour au contraire les attirer à lui et les faire revivre dans sa musique. Comme s’il souhaitait qu’un musicien futur lui réserve le même sort : que dans quelques décennies il le tire de l’oubli pour l’associer à son groupe

     

  • Interlude hivernal

    OK Go

    J'avoue que je n'avais jamais entendu parler de ce groupe avant qu'un fidèle lecteur de ce blog (merci Laurent !) ne me fasse découvrir ce film. Il a été réalisé pour OK Go qui a choisi de passer un partenariat avec Chevrolet pour son nouveau clip. Illustrant le morceau “Needing/Getting”, la vidéo a été tournée dans le désert californien et illustre le groupe en voiture recréant la mélodie tout en conduisant, avec plus de 1000 instruments. Une video qui évoque (en plus sophistiqué) le procédé mis en place par Matt Ross pour son "Mozart à roulettes", à revoir ici.

  • Instruments de nulle part

    Nicolas Bras

    Souvenez-vous, c'était l'année dernière à peu près à la même époque, je vous parlais de Nicolas Bras musicien dont je venais de découvrir les bien nommés "instruments de nulle part". Depuis cette date, Nicolas a étoffé sa panoplie de luthier sauvage et de nouvelles créations sont venues s'ajouter à un instrumentarium composé à l'origine d'une douzaine d'instruments. Flûte de Panche, Clavicapsule, Plurididj, Violon à clous, Chromojara PVC : ces ovnis sonores sont conçus à partir d'objets détournés ou d'éléments de récupération : boîte de conserve, tuyau PVC,  Si vous voulez les voir et les entendre, rendez-vous sans tarder à la Médiathèque Jean Cocteau à Massy dans l'Essone car l'exposition se termine le 18 février.

    Nicolas Bras

    "J'ai commencé à m'intéresser à la lutherie expérimentale en fabriquant mon premier instrument, un didjeridoo en PVC... Je tente d'apprivoiser ces instruments plus ou moins dociles et de leur trouver une place dans mon environnement musical, sans pour autant délaisser les instruments traditionnels."

     

     

  • Le son des rêves

    Dream machine, Brion Gysin, Lionel Stocard, Rêvibracléide

    On connaissait la Dream Machine inventée en 1958  par le scientifique Ian Sommerville à partir d'une expérience de l'artiste et poète beat Brion Gysin. Un cylindre de carton présentant des fentes sur les côtés est posé sur le plateau d'un phonographe tournant en 45 ou 78 tours par minute. Une ampoule est suspendue à l'intérieur du cylindre. L'utilisateur placé devant la machine la regarde les yeux fermés. Les flashs lumineux répétés, dont la fréquence correspond à celles des ondes alpha du cerveau en relaxation, le mettent dans un état de conscience modifié. Pour ceux que l'expérience intéresse, on trouve sur le net des plans pour construire soi-même une dream machine.

    Avec la Chambre expérimentale des rêves, l'aventure onirique se poursuit dans la dimension sonore. Le dispositif imaginé et construit par Lionel Stocard, dont j'avais furtivement présenté le travail ici, place l'apprenti rêveur au centre d'un dispositif d'immersion corporelle et auditive. A l'occasion d'une rencontre en Arles, j'ai pu découvrir et expérimenter la machine à rêves. A l'exception des deux premières photos, les images qui illustrent ce post ont été prises par Jessica Hervo. Plus de photos dans l'album "Lionel Stocard" à découvrir  ici-même.

           Ce "laboratoire artistique évolutif" est composé d'un instrument inventé, le Rêvibracléide, et d'un fauteuil en équilibre instable sur lequel vient s'allonger l'apprenti rêveur. Ce dernier, bercé tout à la fois par le balancement du fauteuil et par les sons utérins du rêvibracléide, ne tarde pas à plonger dans une transe légère propice à l'imaginaire et aux rêves.

    Description du Rêvibracléide par Lionel Stocard :

    Il s'agit d'un instrument électrique composé de plusieurs claviers. Le clavier central est constitué d'une corde basse qui vibre sous l'action d'une vielle électrique. On joue ensuite avec les harmoniques que l'on peut varier à l'aide d'un sillet mobile fixé sur une vis sans fin. Ce système permet de faire chanter la note donnant parfois l'apparence d'une voix humaine. Deux autres claviers sont munis de cordes de guitare, c'est le mode de jeu qui va enrichir les sonorités. On joue avec différents outils comme l'archet, des baguettes en inox ou en bois pouvant servir de percuteur. Un quatrième clavier est monté d'une corde basse qui peut être frappée par un marteau mécanique, un pendule micro permet de donner un rythme à la composition. Le dernier clavier est un dispositif composé de plumes permettant d'émettre des sons tout en conservant les deux mains disponibles. C'est en soufflant sur ces plumes contact que l'on restitue à des  hauteurs de notes différentes des extraits sonores samplés en direct.
    A tout cet ensemble sont ajoutés un micro chant et quelques éléments de percussion comme sanza, baguette de bois cannelée, lame de laiton.

    Bois- cuivre- laiton- micros électriques- cordes- Longueur 1,10m hauteur 1,50m profondeur 0,70m.

    dream machine,brion gysin,lionel stocard,jessica hervo,rêvibracléide

    dream machine,brion gysin,lionel stocard,jessica hervo,rêvibracléide

  • Zimoun

    Derrière Zimoun se cache un jeune artiste suisse spécialisé dans la création d'installations sonores. Sur son site, on peut découvrir de nombreux travaux, parmi lesquels celui-ci, élaboré en 2011 avec la collaboration de l'architecte Hannes Zweifel. Un assemblage de 2000 plaques de carton plat rigide sur lesquels viennent s'agiter de longs fils métalliques mis en mouvement par 200 petits moteurs électriques. Des capteurs et des haut-parleurs disséminés un peu partout dans la structure permettent d'amplifier le son. Une pluie continue de crépitements sonores bercent l'auditeur, le plaçant dans un état de contemplation étonnée.

    Voici une autre installation sonore de Zeimoun créée la même année et inspirée des mêmes principes esthétiques.

     

     

     

     

     

  • Noël au Kaisatsuko

    Pour fêter Noël en beauté, rien de tel qu'une petite musique jouée sur un instrument inventé. Ici, il s'agit d'un morceau intitulé "Still Life" composé et interprété par Yuichi Onoue sur un homemade instrument de sa fabrication, le Kaisatsuko. Je vous en parlerai plus longuement d'ici la fin de cette année à moins que je ne garde ça pour le début de la prochaine...

  • Sound Sculpture

    sculpture sonore,john grayson

    Bonne nouvelle pour tous ceux qui s'intéressent à la sculpture sonore, le livre de John Grayson, "Sound Sculpture", publié à l'origine à Vancouver en 1975 par A.R.C. Publications mais depuis longtemps introuvable, vient d'être mis en ligne sur Ubuweb. Avec comme sous-titre  "A collection of essays by artists surveying the techniques, applications and future directions of sound sculpture", ce passionnant ouvrage rassemble les contributions de quelques-uns de plus impportants sculpteurs sonores des années 70 parmi lesquels Bernard et François Baschet, Harry Bertoia, Harry Partch ou Max Dean.

    sculpture sonore,john grayson, françois baschet, bernard baschet