Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chercheurs de sons - Page 3

  • Bobbyland[e]s

    musique mécanique, nouvelle lutherie

    Au Lieu Unique à Nantes se tient  une exposition à ne surtout pas rater, Bobbyland[e]s, orchestre d’automates dont tous les instruments sont joués par des moteurs et programmés informatiquement. Bobbyland[e]s : exposition du 20 au25 novembre 2012, tous les mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche, de 15h à 19h.

     

    Durant l’année 2011-2012, ce projet participatif a réuni une trentaine d’intervenants dans le cadre d’une création partagée soutenue par la ville de Nantes, la DRAC des Pays de la Loire et le lieu unique. Tous les participants aux répétitions publiques hebdomadaires (et particulièrement les résidents du Bout des Landes, quartier du nord de Nantes où est basé le Studio d‘en Haut) y ont contribué en fonction de leurs disponibilités, leur savoir-faire, et leurs envies : depuis l’invention technique des Bobby (les robots qui actionnent les instruments) jusqu’à l’écriture de la pièce musicale qu’ils interprètent.

    nouvelle lutherie, musique mécanique

    Utilisant des instruments classiques (pianos, contrebasse, percussions…) déjoués par des imprimantes, lecteurs de disquettes ou moteur d’essuie-glace, le dispositif créé plonge l’auditeur dans des sonorités inattendues.

    L’instrumentarium ainsi créé est par la suite contrôlé via l’informatique avec l’aide de « cartes » électroniques spécialement imaginées et conçues par Naonext. A l’aide de ces cartes l’ordinateur peut ensuite commander précisément chaque moteur permettant la composition d’une pièce sonore.

    musique mécanique, nouvelle lutherie

    En novembre 2012, au lieu unique, Bobbyland[e]s prend la forme d’une installation musicale réunissant tous les instruments fabriqués pendant l’atelier animé par l’équipe du Studio d’en Haut, rythmée par des performances en live.

    Cette installation musicale est présentée par l'association nantaise Studio d'en haut, installée depuis 2009 aux ateliers Cassin, spécialisée dans la musique, l'art numérique, l'art visuel et la nouvelle lutherie.

     

     

  • Boire la musique

    pianocktail,boris vian

    « - Prendras-tu un apéritif ? demanda Colin. Mon pianococktail est achevé, tu pourrais l’essayer.
    - Il marche ? demanda Chick.
    - Parfaitement. J’ai eu du mal à le mettre au point, mais le résultat dépasse mes espérances. J’ai obtenu, à partir, de la Black and Tan Fantasy, un mélange vraiment ahurissant.
    - Quel est ton principe ? demanda Chick.
    - A chaque note, dit Colin, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace. Pour l’eau de Selbtz, il faut un trille dans le registre aigu. Les quantités sont en raison directe de la durée : à la quadruple croche équivaut le seizième d’unité, à la noire l’unité, à la ronde le quadruple unité. Lorsque l’on joue un air lent, un système de registre est mis en action, de façon que la dose ne soit pas augmentée – ce qui donnerait un cocktail trop abondant – mais la teneur en alcool. Et, suivant la durée de l’air, on peut, si l’on veut, faire varier la valeur de l’unité, la réduisant, par exemple au centième, pour pouvoir obtenir une boisson tenant compte de toutes les harmonies au moyen d’un réglage latéral.
    - C’est compliqué, dit Chick.
    - Le tout est commandé par des contacts électriques et des relais. Je ne te donne pas de détails, tu connais ça. Et d’ailleurs, en plus, le piano fonctionne réellement.
    - C’est merveilleux ! dit Chick.
    - Il n’y a qu’une chose gênante, dit Colin, c’est la pédale forte pour l’oeuf battu. J’ai dû mettre un système d’enclenchement spécial, parce que lorsqu’on joue un morceau trop « hot », il tombe des morceaux d’omelettes dans le cocktail, et c’est dur à avaler. Je modifierai ça. Actuellement, il suffit de faire attention. Pour la crème fraîche, c’est le sol grave.
    - Je vais m’en faire un sur Loveless Love, dit Chick. Ça va être terrible.
    -Il est encore dans le débarras dont je me suis fait un atelier, dit Colin, parce que les plaques de protection ne sont pas vissées. Viens, on va y aller. Je le règlerai pour deux cocktails de vingt centilitres environ, pour commencer.

    Chick se mit au piano. A la fin de l’air, une partie du panneau de devant se rabattit d’un coup sec et une rangée de verres apparut. Deux d’entre eux étaient pleins à ras bord d’une mixture appétissante.
    - J’ai eu peur, dit Colin. Un moment, tu as fait une fausse note. Heureusement, c’était dans l’harmonie.
    - Ça tient compte de l’harmonie ? dit Chick.
    - Pas pour tout, dit Colin. Ce serait trop compliqué. Il y a quelques servitudes seulement. Bois et viens à table. »

    pianocktail,boris vian,voel martin

    Le pianocktail de Boris Vian dans "L'Ecume des Jours", vous connaissez ? Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous quelques notes en arrière avec en 2007  "Un pianocktail pour le réveillon", puis récidive en 2008 avec "Des pianocktails en veux-tu en voilà !", et pour finir en mars 2010 "Le retour du pianocktail". Jusqu'à aujourd'hui, on trouvait peu de videos de l'instrument sur la toile, jusqu'à ce que Jean-François Zygel n'ait eu la bonne idée d'inviter Voel Martin, de la Compagnie marseillaise La Rumeur, dans son émission La Boîte à Musique le 21 juillet 2011.

  • Le Cristal Baschet a 60 ans

    Cristal Baschet, Bernard Baschet, François Baschet

    Le saviez-vous, cette année on fêtera le 60ème anniversaire de l'invention du Cristal par Bernard et François Baschet, ainsi que le 30ème anniversaire de l'association Structures Sonores et Pédagogie. Une occasion unique de (re)découvrir cet étonnant instrument. "Je voulais sortir du carcan de la musique contemporaine qu'on faisait à l'époque, celle de Boulez qui disait que la musique est faite pour être lue, et non entendue. Ce qui nous intéresse, nous, c'est la sensorialité, le contact direct avec la vibration", raconte Bernard Baschet. Avec son frère François, il élabore dans les 50 une première version du cristal qui aura une renommée internationale. Ce clavier vertical composé de tiges de cristal émet des sonorités pures et profondes au contact de ses doigts humidifiés. "Le cristal est un vrai instrument. On n'en invente qu'un ou deux par siècle", assure-t-il sans fausse modestie.

    Cristal Baschet, Bernard Baschet, François Baschet

    A l'occasion de cet anniversaire divers évènements se tiendront en France. A Saint-Michel-sur-Orge, où se trouve la grange-atelier de Bernard Baschet, auront lieu les 13 et 14 octobre 2012 au Conservatoire une suite de voyages sonores au travers d'une exposition des sculptures sonores et de l'instrumentarium pédagogique Baschet. D'autres animations se dérouleront durant ces deux journées. Plus d'infos ici.

    Catherine Brisset, Cristal Baschet, Bernard Baschet, François Baschet, musique contemporaine, lutherie expérimentale

    La cristalliste Catherine Brisset, déja responsable de plusieurs cds dédiés au Cristal, vient d'enregistrer "Skylamp" sur l'excellent micro-label français Drone Sweet Drone Recordsqui vise à promouvoir les musiques hybrides et contemporaines.

    Catherine Brisset, Bernard Baschet, Cristal, François Baschet, musique contemporaine, nouvelle lutherie, lutherie expérimentale

    Autour d'elle et de son instrument, huit compositeurs et autant de musiciens (Jean-Christophe Adam Walrand, Sébastien Béranger, Jean-Yves Bosseur, Florence Baschet, Eryck Abecassis, Claudio Jara, Thierry Alla, I-Chun Lee) ont composé et interprété des pièces pour solo, duo ou trio ; explorant ainsi des perspectives encore inexplorées, des matériaux sonores et modes de jeu multiples, questionnant les frontières entre acoustique et électronique...

    L'album en écoute chez Bandcamp.


     


     

  • Chronophone et bols chantants

    festival, Frédéric Nogray, Jéranium, Man'hu

    La prochaine édition du Festival Densités organisée par l'association Vu d'un Oeuf aura lieu du 26 au 28 octobre 2012 à Fresnes-en-Woëvre. Au menu d'un programme chargé et éclectique, deux rencontres avec des chercheurs de sons déjà évoqués ici-même, Frédéric Nogray et Jéranium et Man'hu. Du premier, je ne connais que "Nelki", enregistrement édité par Prêle Records, petit label aventurier sur lequel on rencontre deux autres cds de lutherie expérimentale, "Orgue de bois" d'Eric Cordier et et "Ziph" de Thierry Madiot. Interprétées exclusivement sur bols de cristal de roche, les longues plages de "Nelki" envoûtent et entraînent l'auditeur réceptif dans un état de méditation libéré de toutes contraintes. Les sonorités limpides du cristal évoquent celles des Verres enharmoniques d'Orbes (Emmanuel Holterbach et Sophie Durand).

    frédéric nogray, cristal de roche

    Des seconds, je connaissais Pendule, vu, entendu et apprécié lors de la 23ème édition du Festival de Musiques Nouvelles de Vandoeuvre-les-Nancy en mai 2006, et aussi Léon Napakatbra, machine sonore géante aperçue lors d'une visite au Salon du Livre. Pour Densités, Jéranium et Man'hu, au sein de la compagnie Les Objets Perdus, présentent le Chronophone, installation sonore axée sur l'imprévu, l'inattendu et l'inouï.

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

    jéranium,man'hu,chronophone

     


  • Ersatzinette

     

    Will Menter

    Festival de l'Ephémère 25 septembre 2010

    Will Menter m'a envoyé ce message. Vu son intérêt et avec son accord, je le relaie ici-même. Merci de bien vouloir respecter les droits de coyright pour l'utilisation de la musique.

    Will Menter, ersatzinette

    Ersatzinette

    J'ai ce bout de tuyau polypropylène depuis 1983, donc il a presque 30 ans. Il n'est pas si vieux que mon saxophone mais il est plus vieux que tous les vêtements que je porte. A l'époque je jouais plusieurs tuyaux simples sans trous, mais dans celui-ci j'en ai perçé six et je les ai arrondis avec un chalumeau, pour qu'il puisse jouer sept tonalités simples. Je le joue avec un bec de saxophone de la marque anglaise Lawton.

    Chaque fois que je le joue il continue à me suggérer des différentes musiques, et, comme un vieil ami, il me fait rappeler qui je suis et m'assure de ma relation avec le monde.

    Cette fois j'ai créé un morceau qui le réunit avec des instruments de percussion improvisés que j'ai fabriqués comme partie de ma recherche de flûtes éoliennes. 8 cylindres céramique detailles différentes chacun avec un trou. Avant de les monter dans les arbres pour tester leurs sons j'ai remarqué que j'ai bien apprécié les sons de manutention et percussion. Alors j'ai commencé à les enregistrer d'une manière non prévue, et les rythmes aléatoires que j'ai fait m'ont bien plu. C'était comme la pluie et les bourrasques.

    Donc, ce morceau s'est créé à partir de ces deux instruments et de mes explorations pendant quelques jours.

    Cette après-midi j'ai décidé que j'avais envie de partager ce moceau avec quelques gens de ma connaissance. J'ai hésité un peu car la durée est 12 minutes et ça me semblait peut-être audacieux de demander autant de temps et d'attention. Mais bien sûr que "demander" soit le mot important et sans doute un musicien engagé est surtout obligé d'inviter les gens à écouter sa musique.
    podcast


  • La musique en carton

    Max Vandervorst, pataphonie, lutherie sauvage

    Après "Lutherie sauvage" en 1997 et "Nouvelles lutheries sauvages" en 2006, après avoir longuement exploré les propriétés musicales ignorées du plastique, Max Vandervorst, le roi de la Pataphonie, est de retour avec "Instruments de musique en papier et carton" aux Editions Alternatives. La lutherie sauvage est un terme inventé par Max Vandervorst pour caractériser un genre de la lutherie, qui consiste à construire des instruments avec les moyens du bord, le plus souvent à partir d'obets du quotidien ou de récupération. Généralement en musique, le papier sert à inscrire les portées et les notes, et l'usage du carton se limite aux cartons perforés pour orgues de barbarie et instruments de musique mécanique.

    Max Vandervorst, lutherie sauvage

    Porte-voix

    Dans ce petit livre, Max Vandervorst va plus loin puisqu'il nous propose de fabriquer avec du papier et du carton de véritables instruments de musique.  Après une introduction rapellant la démarche de la lutherie sauvage et la présentation des différents types de carton , on rentre dans le vif du sujet avec les fiches techniques détaillées d'un grand nombre d'objets sonores allant de simples bruiteurs à des instruments plus élaborés.

    Max Vandervorst, lutherie sauvage

    Kazoo

     

    Parmi toutes ces petites merveilles, impossibles à citer en intégralité ici, voici un instrument choisi au hasard, à moins que ce ne soit grâce ou à cause de cette superbe photo.

    Max Vandervorst, lutherie sauvage, pataphonie

    Contrebasse

    Comme toujours dans ce genre d'ouvrages, on est un peu frustré de ne pas pouvoir entendre le son des instruments. On se dit qu'un petit cd d'accompagnement eut été le bienvenu. Seule solution, récupérer papier, carton, ciseaux et autres outils de bricolage et devenir à son tour luthier sauvage. Un moyen raffiné et peu couteux pour "interpréter une oeuvre classique, accompagner une chanson, ou égayer la vie d'une classe ou d'un bureau". Vous l'aurez compris, ce livre pionnier va très vite devenir indispensable aux musiciens, professeurs de musique, animateurs d'ateliers, luthiers en herbe, chercheurs de sons ou simples curieux.

    pataphonie,max vandervorst,lutherie sauvage

     

     

  • Gaston et la musique

    Gaston Lagaffe, gaffophone, André Franquin, bande dessinée

    Gaston Lagaffe est de retour ! Et même si les planches rassemblées dans ce nouvel album, "Lagaffe en musique", édité par Marsu Productions,  ne sont pas inédites, c'est toujours un plaisir de retrouver le roi des gaffeurs dans ses oeuvres, surtout si comme ici elles sont inventives et  musicales.

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

    Le gaffophone est bien sûr à l'honneur mais on rencontre aussi des inventions moins connues (sauf des complétistes qui possèdent déjà l'intégrale des albums) comme le moteur à pistons et la porte à tambour.

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

    Antoine de Caunes s'est fendu d'une préface dans laquelle il explique que pour lui  " Le gaffophone, c’est le rock tel qu’il fut perçu quand il débarqua en France : comme un vent de panique... " et il ajoute "« Et Gaston, (…) c’est le pape du rock ». Pour moi, il serait plutôt le grand frère de la lutherie sauvage et de  la musique expérimentale. Les planches sont classées par ordre chronologique et ont été recolorisées par Frédéric Jannin. Une citation en relation avec la musique est placée en exergue. En cadeau, sur le site de l'éditeur, on peut entendre deux chansons inédites en relation avec Gaston Lagaffe, interprétées par Yvan Delporte : "La morue aux fraises" et "Les Papous".

    A l’occasion de la sortie de l'album "Lagaffe en musique", les lecteurs un peu musiciens peuvent envoyer leur version d’une des chansons (ou les deux) de Yvan Delporte (rédateur en chef de Spirou de 1956 à 1968), et les meilleurs reprises gagneront des ouvrages collector Gaston 1971 VO ainsi que de nombreux lots Pixi. Pour ce faire, envoyez vos MP3 à l'adresse concours@gastonlagaffe.com. Les gagnants seront avertis par email le 30 septembre 2012.

    gaffophone,andré franquin,gaston lagaffe

  • L'atelier de Lionel Stocard

    Lionel Stocard, installation sonore

    Si vous habitez Lyon ou si vous passez par là, n'oubliez pas d'aller visiter l'atelier de Lionel Stocard, (dont j'ai déjà eu l'occasion de parler ici-même). Du 10 septembre au 10 octobre, l'artiste ouvre les portes de son antre. Une occasion unique de découvrir ou de redécouvrir des objets sonores le plus souvent inspirés par le rêve.

    revibracleide.jpg

    Révibracléide

    La vie d'artiste, c'est génial.
    Je vous invite à venir découvrir mes dernières créations (des téléphones importables, une installation sonore, des peintures et des mobiles mécaniques) ainsi que mon atelier où les odeurs de bois usinés se mélangent aux odeurs d'huiles et de térébenthine. Une exposition et un lieu de travail vous sont ouverts personnellement, je vous accueillerai sur rendez-vous. Et c'est vous qui m'inviterez à déguster le  verre de l'amitié... la vraie vie d'artiste !

    Plus d'infos sur le blog de Lionel Stocard.




  • Angklung & Cie

    angklung, Robert Hébrard, orgue à angklung

    Joueurs d’angklung
    Dessin d'Emile Bayard paru dans L'Illustration en 1889.

    C'est un petit instrument plutôt discret, aux possibilités mélodiques réduites mais pourtant particulièrement fascinant. D'après Wikipedia, l'angklung, angklung kocok ou angkalung est à la fois un instrument de musique en bambou et un ensemble de musiciens l'utilisant. Il s'agit d'un hochet complexe d'Indonésie populaire dans toute l'Asie du Sud-Est. Il se compose de deux ou trois sections de bambou servant de résonateurs, attachés et maintenus par un ensemble d'autres petites sections de bambou, plus fines, elles-mêmes reliées à un cadre, faisant office de portique. Il en existe toute une série allant de vingt centimètres à plus d'un mètre. On obtient de la musique de l'angklung en le secouant, faisant ainsi claquer les résonateurs de bambou sur les montants. Chaque instrument produit ainsi deux ou trois notes. Il est souvent disposé en série croissante si bien qu'au lieu d'avoir un ou deux instruments par musicien, ce dernier pourra en manipuler plusieurs dizaines. Généralement, trois personnes ou plus ont un angklung dans leurs mains, qui produisent des sons sur différents tons. De cette façon, il est possible de jouer une mélodie pentatonique complète.

    angklung, Robert Hébrard, orgue à angklung

    L'un des pionniers de la lutherie expérimentale en France, le musicien et musicologue  Robert Hébrard, s'est intéressé aux possibilités musicales de l'angklung. Après plusieurs séjours d'études musicales à Bali, Robert Hébrard abandonne l'enseignement de la philosophie pour se consacrer uniquement à la musique : facture instrumentale, enseignement, composition, concerts. Au croisement des traditions d'Afrique, d'Indonésie et d'Europe, il crée une famille de percussions mélodiques en bois, bambou, pierre, peaux et parfois métal.

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    C'est dans ce même esprit qu'a été conçu l'Orgue à angklungs, un instrument original qui permet à un musicien soliste, contrairement à l'angklung originel, de jouer tous les répertoires possibles, sur une gamme chromatique couvrant 3 octaves. L'instrument chante comme un orgue bien qu'il n'ait aucune soufflerie et que le son soit produit par une pluie de petites percussions. Les photos qui suivent ont été prises lors d'une rencontre avec Robert Hébrard dans le Village Musical de Ribambelle à Rennes-le-Château pour la préparation du livre Chercheurs de sons. Le dessin de l'Orgue à angklungs tiré du même ouvrage est de Vincent Brunot.

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    angklung,robert hébrard,orgue à angklung

    angklung,robert hébrard,vincent brunot,orgue à angklung

  • Cymatique

    Alexander Lauterwasser

    Pour faire suite à la note consacrée à l'artiste Stéphane Dubois, voici quelques images des recherches d'Alexander Lautewasser sur les formes générées par le son.

    Alexander Lauterwasser

    Alexander Lauterwasser

    Chladni, un chercheur de la fin du XVIIIe siècle, a été le premier à soumettre une plaque de verre recouverte de sable à des vibrations, montrant ainsi que les sons peuvent créer des figures. En reprenant ces expériences, j’ai constaté qu’une plaque elliptique soumise à des vibrations sonores données permet de reproduire des figures qu’on trouve sur la carapace d’une tortue. On répand du sable sur une plaque puis on soumet celle-ci à des vibrations de différentes fréquences. Les grains de sable s’agencent différemment selon la hauteur du son, formant de nouvelles figures. J’ai pu ainsi constater par moi-même que les oscillations et les sons peuvent effectivement donner naissance à des figures et donc que les vibrations et les rythmes jouent peut-être un rôle essentiel dans le développement des formes qu’on rencontre dans la nature. Comme le sable, l’eau prend aussi des formes extraordinaires lorsqu’elle est soumise à des vibrations. Rien qu’avec une goutte d’eau, on voit déjà très bien que les vibrations entraînent différentes déformations de l’eau. On dépose une goutte d’eau dans la coupe, puis on la soumet à des vibrations à l’aide d’un générateur de fréquences et d’un transducteur acoustique. Immédiatement, on constate que des déformations magnifiques se produisent au sein de la goutte d’eau dans un mouvement rythmique très oscillant. Le phénomène de déformation d’une goutte d’eau par des sons est également fascinant. Une vibration verticale, même de très faible intensité, provoque une déformation polaire de type élévation- dépression au centre de la goutte. Mais sa forme générale reste parfaitement ronde grâce aux tensions de surface. On voit bien la montée et la descente. Une petite bulle d’air s’est même formée. Cela indique que l’intérieur de la goutte est soumis à d’autres mouvements, totalement différents de ceux qui s’exercent à la surface.
    Il est intéressant de noter qu’en modifiant la fréquence, on modifie les figures géométriques qui se forment au gré des oscillations de la goutte.Les figures qui apparaissent à la surface sont caractérisées par le chiffre 4. Si l’on soumet l’eau à différentes hauteurs de sons, on constate que chaque hauteur engendre des figures géométriques totalement différentes. On voit ici des déformations caractérisées par le chiffre 5. Il y a toujours deux phases : dans la première, la pointe monte, dans la deuxième, elle descend. Mais l’ensemble suit toujours une figure en cinq temps. On peut générer des figures à différents temps selon la hauteur et la fréquence. Si l’on observe le même phénomène non plus d’en haut, mais de côté, on constate que les montées et les descentes de l’enveloppe correspondent aux différentes formes que prend la goutte d’eau. On voit bien que l’élévation centrale se forme aux oscillations descendantes paires et les élévations latérales aux oscillations impaires. Ce n’est pas un agencement synchronisé mais une alternance rythmique. Les vibrations mécaniques et les déformations ne sont pas synchronisées.
    Voici une déformation très spectaculaire. La goutte commence par osciller de manière irrégulière puis prend soudain une forme hexagonale magnifique. Une règle fondamentale : plus le son est haut, plus les figures qu’il engendre sont complexes et différenciées.Cette déformation est unique. Jusqu’à présent, je n’ai encore jamais pu la reproduire. La goutte a d’abord vibré de manière irrégulière. Je pensais que ça ne donnerait rien d’intéressant puis quelque chose d’exceptionnel s’est produit. La goutte s’est allongée et a pris une forme qui rappelle beaucoup la structure des invertébrés. D’autres tableaux d’une beauté toute contemplative se forment lorsqu’on soumet une coupelle entièrement remplie d’eau à des vibrations sonores. Une caméra placée au-dessus de la coupelle a permis d’enregistrer les images suivantes.

    Alexander Lauterwasser

    Alexander Lauterwasser

    On le voit encore ici : la figure se forme très lentement par pulsation. On distingue différents segments de spirale et l’ensemble suit un mouvement complexe. On voit ici à quel point il est difficile d’obtenir une figure symétrique parfaitement ronde. On est toujours obligé de moduler l’intensité et la fréquence, en fonction de la quantité d’eau, avant d’obtenir une figure aux oscillations régulières. On peut reproduire ce phénomène à l’aide des sons émis par un générateur sinusoïdal, mais aussi avec de la musique. Ces images-là sont les plus fascinantes et les plus vivantes parce que les figures changent à chaque seconde. Après avoir constaté que la magnifique carapace de cet animal présente de nombreuses similitudes avec les figures classiques de Chladni, on peut se demander si le monde lui-même, ses formes et ses figures n’ont pas été créées par des vibrations et des oscillations sonores, comme de nombreux mythes d’un peu partout le racontent. "La morphogenèse et les vibrations sonores ”, voire “ la musique ” ferait un sujet de recherches passionnant.

    Alexander Lauterwasser

     

     

  • Construire un instrument

    314984_495547490472785_2076679834_n.jpg

    Du lundi 27 au vendredi 31 août 2012 de 14h à 17h, aura lieu le stage "Construire un instrument de musique de son choix" au Lull (Lutherie Urbaine Le Local). Au programme Flutes Hydrauliques, Guitare à touche, Violon à clou, Machine instrumentale et autres instruments insolites... L'atelier a d'ores et déjà fait le plein de participants et voici les premières photos des apprentis luthiers en action.

    300451_495544200473114_1293738848_n.jpg

    Lutherie urbaine

    Lutherie urbaine

    Lutherie urbaine

  • Mécaphonies

    installation sonore, Loran Brunet

    Découvert grâce à Lutherie Urbaine (que je remercie ici), voici Mécaphonies, une installation sonore créée le 15 mai 2008 au Manège de Reims, dans le cadre d'un "Grand Soir", rendez-vous régulier organisé par le Studio Césaré et le Manège de Reims. 

    Mécaphonies est un projet qui s’articule autour de 7 sculptures-machines de Laurent Golon pilotées, par le truchement d’une carte MIDI, par un ordinateur qui exécute des partitions de Jean-Marc Chouvel.Le dispositif est enrichi par un système sonore de diffusion qui fait entendre simultanément des séquences électro-acoustiques. Ces séquences s’intègrent d’autant mieux qu’elles ont été composées à partir d’enregistrements des sculptures réalisés à l’atelier. Chaque moment musical propose donc la rencontre de deux types de sons : le premier est stable, puisque enregistré, l’autre est plus aléatoire car il met en œuvre des mécaniques soumises à des forces contradictoires : pour une même commande de la carte, les sculptures produisent en effet à chaque fois unévénement sonore différent.

    installation sonore, Loran Brunet, Laurent Golon, Jean-Marc Chouvel

    Mécaphonies#3 constitue une évolution du deuxième dispositif, avec bérimcell', présenté aux Instants Chavirés à Montreuil (93). La possibilité nous a été offerte d'approfondir le travail de sonorisation des sculptures à l'occasion d'une résidence au studio Césaré à Reims. Il s'agissait d'adapter le dispositif à un lieu tel que le cirque du Manège de Reims (un des cirques d'hivers du XIXe siècle les mieux préservés).

    installation sonore, Loran Brunet, Laurent Golon, Jean-Marc Chouvel

    Le Berimcell' est un instrument hybride, inventé par Loran Brunet. Il allie les possibilités du Violoncelle, en particulier avec l’archet frotté, et celles du Berimbao, un instrument traditionnel brésilien. Les possibilités de cet instrument sont exceptionnelles, et la palette de sonorités accessibles extrêmement étendue. Laurent Brunet le joue habituellement avec l’archet préparé, un archet à quatre faces utilisé pour la première fois par Jean-Marc Chouvel dans une pièce pour violoncelle et dispositif : De ma fenêtre.

    installation sonore, Loran Brunet, Laurent Golon, Jean-Marc Chouvel

     

  • Mandalas d'eau et fleurs de sable

    Dernière note de l'été dédiée aux plaques musicales avec les oeuvres de l'artiste Stéphane Dubois. Ici, il ne sera pas à proprement parler de "plaques sonores" mais de "fleurs de sable" et de "mandalas d'eau". Installé dans le Sud Est, le plasticien Stéphane Dubois poursuit depuis de nombreuses années un travail ambitieux dans lequel invention d'instruments et expression picturale sont étroitement liés.

    Stéphane Dubois

    Tambour

    Depuis 1998 je conçois et réalise des objets sonores par souci de mise en résonance entre le masculin et le féminin exprimée jusque là par des rapports de formes pures dans mes sculptures-modelages. Depuis cette période, le rituel pictural (et les réalisations qui en résultent) associe délibérément le tambour et la toile (série "peaux végétales").

    Stéphane Dubois

    Peau végétale

     

    Parmi les nombreux instruments réalisés, citons différentes caisses de résonance pour tambour  : "montgolfière" : caisse en verre réalisée à partir d'une bombone (de 25 litres), peau de chèvre et caisse de résonance basse à partir d'une cloche en verre suspendue ; "turbine" : réalisations à partir de formes en terre cuite et/ou résine favorisant un son long et riche en harmoniques ; "gendir": bendir géant de un mêtre de diamètre réglable en hauteur, en horizontalité et en tension. Ces tambours sont utilisés pour la création de "Fleurs de sable".

    Stéphane Dubois

    Fleur de sable

    Depuis 2004 j'ai également développé des outils de visualisation du son (cimatique) qui permettent d'apprécier pleinement le lien intime unissant la forme et l'univers sonore : ces outils utilisent différentes substances (poudres, sables, liquides) et différentes modalités activatrices (percussion, voix et micro, générateur de fréquences) ainsi que différentes présentations (exposition photo, performances directes ou projection et diffusion, installations interractives). La matière sonore ainsi mise en oeuvre donne naissance à des formes et images qui offrent d'hypnotiques et étonnantes résonances à notre cosmos intérieur.

    Stéphane Dubois, cimatique

    Mandala d'eau

    Stéphane Dubois

    Mandala d'eau



     

  • Plaques vibrantes

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    Devant la richesse de l'iconographie (bientôt rassemblée en album), voici une nouvelle note (exclusivement visuelle) sur les plaques musicales d'Ernst Chladni.

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    Figures de Chladni

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    Rencontre entre Napoléon et Chladni en 1808

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

    plaque sonore, ernst florens friedrich chladni

     

     

     

  • Figures de Chladni

    acoustique,ernst florens friedrich chladni,plaque sonore

    Au préalable de toutes les recherches contemporaines autour des plaques sonores, impossible de ne pas citer le nom d'Ernst Chladni. Ernst Florens Friedrich Chladni, né le 30 novembre 1756 à Wittenberg, mort le 3 avril 1857 à Breslau, est un physicien allemand qui étudiait expérimentalement les vibrations de plaques en les saupoudrant de sable fin.

    acoustique,ernst florens friedrich chladni,plaque sonore

    acoustique,ernst florens friedrich chladni,plaque sonore

    Il obtenait ainsi des figures acoustiques auxquelles son nom est associé aujourd'hui.

    acoustique,ernst florens friedrich chladni,plaque sonore

    A la suite des travaux de Chladni, cette traduction du son en images a donné lieu à de nouvelles recherches, synthétisées par Hans Jenny sous le nom de cymatique.

    acoustique,ernst florens friedrich chladni,plaque sonore

  • Plaques musicales

    plaque sonore, Philippe Chaignon

    Suite de mes notes sur les plaques sonores avec les plaques musicales inventées par Philippe Chaignon. Formé auprès des plus grands percussionnistes classiques et jazz (Gualda, Kenny Clark…), ainsi qu’à différentes percussions ethniques dont il a perfectionné la pratique par des voyages et des échanges autour de musiques du monde), Philippe Chaignon a à son actif une carrière de plus de 30 ans d’interprète (du solo à l’orchestre), dans les styles de musique les plus variés (allant du symphonique à la musique contemporaine,en passant par le jazz). Mais son activité principale est la création.

    plaque sonore,philippe chaignon, porcelaine


    Il a créé plusieurs objets sonores, dont un instrumentarium en porcelaine équipé de capteurs. Les plaques musicales de Philippe Chaignon sont fixes ou portatives. Elles ont chacune un son acoustique propre, (bois, métal, plastique, cuivre, ressorts, etc... ) Lorsque celles-ci sont touchées, grattées ou frappées, le son nous parvient avec la même pureté et la même authenticité que si le matériau résonnait de loin “au creux de notre oreille “. Les utilisations artistiques et pédagogiques de cet instrument sont multiples. 

    plaque sonore, Philippe ChaignonExtrait sonore ici.

     

     

     

  • Plaques sonores

    Denys Vinzant, plaque sonore

    Ma note d'hier consacrée aux Phasmes m'a donné envie de poursuivre l'exploration du jeu musical sur plaques vibrantes. Les Phasmes ne sont pas les seuls musiciens à s'être intéressés à cet objet sonore. 

    Denys Vinzant, est un compositeur né le 27 Novembre 1955 à Grenoble. Etudes au Conservatoire National de Région de Grenoble - harmonie, contrepoint, fugue, orgue, histoire de la musique - puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris - écriture, analyse avec Betsy Jolas, composition et recherches en musique électro-acoustique avec Guy Reibel. Il fait partie, depuis 1985, du collège des compositeurs permanents de Grame - Centre National de Création Musicale à Lyon - ainsi que de l'équipe pédagogique du studio. Il enseigne au Conservatoire National de Région de Saint-Etienne où il est professeur titulaire de la classe de composition en musique électro-acoustique.

    "Partitions cristal", "Livre de verre", "D'ore et d'espace", "Sources" et "Spirale", sont des oeuvres à la fois sonores et visuelles.

    Denys Vinzant, plaque sonore

    Dans "Spirale, vert luisant, goutte d'eau",  il s'agit de partitions écrites à l'encre dorée sur des plaques de verre qui vibrent et produisent elles-mêmes le son, sans l’aide de haut-parleurs. Grâce à un transducteur piézoélectrique fixé sur la plaque de verre, le son se propage à la surface de la plaque qui joue le rôle de la membrane du haut-parleur - magie du son qui vient de partout et de nulle part.