Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un monde aphone

    récit sonore, Gérard Nicollet, Yannick Lemesle, Jacques Barville

    Dans le cadre du festival V.O.I.X. / Ecrits d'ici, dimanche 2 juin à 16h à l'atelier cinq, 5, rue Augustin Tardieu, 13200 Arles, lecture d'un récit sonore de Gérard Nicollet, lu par Jacques Barville, comédien, mis en sons par Yannick Lemesle, meli-melophone, stylophone, live electronics, et Gérard Nicollet, générateurs de basse fréquence, buddha machine, gristleism, mantra machine, platines, objets.

    Tout se déroule en silence. Le bruit de nos pas est étouffé, comme si nous marchions sur une épaisse couche de coton. Une brume imperceptible semble recouvrir l'atmosphère. Les sons y circulent peu, vidés de leur contenu par une machinerie aspirante.

    flyer2013_opt.jpg

     

  • Une batterie de papier

    Pierre Bastien, musique mécanique

    ©Laura Maria Quinonez Paredes.

    Mais où avais-je donc la tête pour laisser passer cette exposition de Pierre Bastien ? Elle était pourtant presque sous mes yeux, à deux pas de mon lieu de travail. C'est en surfant sur le net que j'ai découvert la galerie arlésienne Espace pour l'art. Pierre Bastien y présente du 3 mai au 15 juin, les jeudi, vendredi et samedi de 14h à 18h, une installation très proche de celle décrite sur son site, intitulée "Paper Drums". Cinq tambourins sont posés sur une surface plane et éclairés par dessous par une lampe. Leurs membranes sont frappées par des morceaux de papier  grâce au souffle de ventilateurs électriques, produisant une polyrythmie discrète mais riche. Comme toujours avec les installations sonores, et celle-ci ne fait pas exception, il faut prendre son temps. S'asseoir, fermer les yeux, s'imprégner de la mouvance répétitive des sons. Se lever, s'approcher, regarder, essayer de comprendre comment tout ce petit monde mécanique et lumineux s'anime et prend vie sous nos yeux. C'est à cet arrêt momentané du temps que l'installation de Pierre Bastien nous invite. Un nouvel espace ouvert vers un autre monde, où de simples feuilles de papier qui volent, créent du son, du rythme et de la lumière.

    Pierre Bastien

    ©Guy de Lacroix-Herpin.

  • Lutherie inouïe

    Lutherie urbaine

    Bonne nouvelle pour tous les amoureux de la lutherie expérimentale : pas un mois, pas une semaine sans que l'actualité de Lutherie Urbaine ne revienne sur le devant de la scène. Du 30 mai au 12 juin, c'est une exposition d'instruments de musique insolites, "Lutherie Inouïe", qui aura lieu à la Maison de quartier Théodore Monod à Guyancourt. Les créations instrumentales sont d'Alain Guazzelli, Florence Kraus et Benoît Poulain. Il s'agit d'une cinquantaine de prototypes en relations avec les créations de Lutherie Urbaine.

    Lutherie urbaine

    Lutherie urbaine


  • Factorev 2013

    musique mécanique,david tudor

    Factorev, 2ème édition de la récup créative, se tiendra à Nantes les 13, 14 et 15 juin à la Halle Alstom n° 5, île de Nantes, dans le cadre de Nantes Capitale Verte de l'Europe. A l’initiative de la Ressourcerie de l’île, l’événement est organisé par l’école des Beaux-arts de Nantes avec la participation des écoles de design, des métiers de l’imprimerie et d’architecture de Nantes. La programmation de cette année invite notamment à explorer l’étendue des sonorités de nos rebuts... Les acteurs de la manifestation s’attachent à convertir plusieurs tonnes de matériaux destinés à être jetés en objets valorisés à travers des expositions, performances, installations sonores, ateliers...

    max vandervorst

    Parmi les artistes programmés, on retrouve le luthier sauvage Max Vandervorst qui présentera "Ceci n'est pas un spectacle" jeudi 13 juin à 20h30 sur la petite scène de la Halle Alstom.

    Et aussi deux installations sonores : le 13 juin à 20h et le 14 juin à 14h30 et 19h : Bobbyland(e)s, un orchestre d'automates dont tous les instruments sont joués par des moteurs et programmés informatiquement. Durant l’année 2011-2012, ce projet participatif a réuni une trentaine d’intervenants dans le cadre d’une création partagée soutenue par la ville de Nantes, la DRAC des Pays de la Loire et le lieu unique. Tous les participants aux répétitions publiques hebdomadaires (et particulièrement les résidents du Bout des Landes, quartier du nord de Nantes où est basé le Studio d‘en Haut) y ont contribué en fonction de leurs disponibilités, leur savoir-faire, et leurs envies : depuis l’invention technique des Bobby (les robots qui actionnent les instruments) jusqu’à l’écriture de la pièce musicale qu’ils interprètent.
    Utilisant des instruments classiques (pianos, contrebasse, percussions…) déjoués par des imprimantes, lecteurs de disquettes ou moteur d’essuie-glace, le dispositif créé plonge l’auditeur dans des sonorités inattendues.Pour Factorev, Bobbyland(es) prend la forme d’une installation musicale réunissant tous les instruments fabriqués pendant l’atelier animé par l’équipe du Studio d’en Haut, rythmée par des performances en live.

     

    Le 13 juin à 20h30 et le 14 juin à 11h30, 15h et 19h30, Apo 33 qui revisitera l'oeuvre mythique de David Tudor "Rain Forest IV".  Sculptures ? Objets trouvés, parfois arrangés selon les envies du musicien, le plus souvent par le hasard des trouvailles : un caddie de supermarché suspendu au plafond, un vieux meuble classeur métallique, aux tiroirs à moitié ouverts remplis de fourchettes et de lampes qui clignotent parfois, de façon aléatoire, un grand radiateur métallique suspendu également. Le grand nombre d'objets suspendus s'explique facilement par la nécessité de leur laisser la plus grande possibilité de vibrer, donc résonner, librement : une grande tôle ondulée à laquelle est fixé un néon, ou encore une très grande vitre; tous les objets sont équipés des fameux transducers ainsi que de capteurs, qui reprennent les sons filtrés et parfois produits par les sculptures...

    musique mécanique,david tudor,max vandervorst

     

  • Les LULLitiens en fête

    Lutherie Urbaine, Les Urbs, LULLitiens

    Les LULLitiens seront à la fête dans les rues de Montreuil, Bagnolet et Paris le week-end du 25 et 26 mai ainsi que le dimanche 2 juin. Les LULLitiens est un orchestre composé de 4 musiciens professionnels, Jorge de Moura, Alain Guazzelli, Florence Kraus, Julien Lambert, accompagnés par une dizaine de musiciens amateurs de tous âges et de tous niveaux.

    Lutherie Urbaine, Les Urbs

    Photo Claire Lenormand

    Plus d'infos sur le site de Lutherie Urbaine.

  • De l'objet recyclé à la création musicale

    Les Urbs

    Concert au LULL, mars 2012 © Mélissa Azaïche

    Les premières rencontres européennes (concerts, rencontres, workshops, ...) autour de l'objet recyclé dans la création musicale ont eu lieu au LULL, siège de l'association Lutherie Urbaine, du 13 au 17 décembre 2012. Elles rassemblaient trois acteurs importants de la lutherie inventive : Riciclato Musicale, quatre musiciens d'Ancône inventeurs d'un instrumentarium issu de la récup' et du détournement d'objets, Max Vandervorst, luthier sauvage bien connu des amateurs, et Les Urbs, groupe de musiciens à géométrie variable gravitant autour de Lutherie Urbaine.

    Plus d'infos ici : ProjetEuropeenDec2012.pdf

    Riciclato Circo Musicale

    Max Vandervorst

    Chaises Musicales de Max Vandervorst (photo M. Stein)

     

  • Luthineries

    Luthineries

    A ne surtout pas manquer ce week-end, Luthineries, le salon des inventeurs de sons au Moulin des Evêques à Agde. Du vendredi 10 mai au dimanche 12 mai, de nombreux évènements sonores (exposition, rencontres, ateliers,  concerts, ...) autour de la lutherie inventive. Avec notamment Armel Plunier, bricophoniste bien connu des lecteurs de Chercheurs de sons, mais aussi l'Ensemble Hope avec Pinuccio Sciola qui présente une création en première mondiale : un concert pour deux cristals et harpes de pierre. Les cristals font référence bien sûr au célèbre instrument conçu par Bernard Baschet et François Baschet et les harpes de pierre sont une création du sculpteur italien Pinuccio Sciola, déjà présenté ici-même.

    Armel Plunier

    Armel Plunier

    Ensemble Hope

    Ensemble Hope

    Pinuccio Sciola

    Pinuccio Sciola

    Plus d'infos sur le site du festival : Luthineries