Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sébastopol, l'homme orchestre

    Sébastopol, homme-orchestre, one man band

    Je sais, je sais, je vous préviens bien tardivement, la Fête de la Musique a lieu aujourd'hui même et ça vous laisse peu de temps pour venir à Arles. Mais en vous dépêchant, vous arriverez juste à temps pour voir et entendre Sébastopol, l'homme orchestre, invité de la Médiathèque d'Arles. Ce n'est pas souvent qu'on a la chance de découvrir un one man band de cette pointure, alors, pour tous ceux qui seraient par là, petit état des festivités à venir : à 17h, première prestation dans la rue de la République devant le Museon Arlaten, suivie à partir de 18h d'un concert-rencontre à la Médiathèque, Place Félix Rey.

    Alan Lomax

     

    Pour ceux qui ne le connaîtraient pas déjà, Sébastopol est un homme-orchestre qui s'inscrit dans la grande tradition des one man band américains. Il s'est intéressé en particulier au travail de collectage effectué par Alan Lomax fils pour les archives sonores de la Bibliothèque du Congrès dans les années 50 auprès de différentes communautés. Les premiers enregistrements d'Alan Lomax père dans les années 30 se firent surtout dans les pénitenciers ainsi que dans des comtés ruraux du sud du pays  où furent recueillis des chants de prisonniers, mais aussi de travailleurs noirs des plantations du sud et de travailleurs d'origine et de culture hispaniques.

    Comme de nombreux hommes-orchestres, Sébastopol joue de la guitare et de l'harmonica, mais aussi du ukulélé et du banjo, et également de nombreux instruments bricolés parmi lesquels la cafetière en si bémol, la batterie multi-bidouilles, la contrebasse de fumisterie et la pompe à vélo jazzoflûte. Son répertoire va du blues au gospel, en passant par la musique cajun, la country avec un soupçon de parfum hawaïen ou oriental.


     

  • Les trompes sont de sortie

    trompe, ballon, Thierry Madiot, Prêle Records

    En ces temps de crise du disque, de mort annoncée du compact disque, on ne dira jamais assez le courageux travail de défrichage des petits labels, qui continuent contre vents et marée à publier des enregistrements de musiques hors les normes. C'est le cas de Prêle Records, micro label avec sept références à son catalogue, dont trois ressortent du domaine qui nous occupe ici, la lutherie expérimentale. Deux d'entre eux ont déjà été présentés ici-même, L'Orgue de bois, de Denis Tricot et Eric Cordier, et Nelki, musiques pour bols chantants en cristal, de Frédéric Nogray.

    trompe, ballon, Thierry Madiot, Prêle Records

    Avec Ziph, musiques pour trompes et ballons, Prêle Records poursuit son exploration des musiques aventureuses. Mais d'abord, le Ziph, kézaco ? Thierry Madiot, son inventeur, l'a peut-être nommé ainsi en référence au zéphyr, ce vent d'ouest très doux et agréable, devenu curieusement vent violent sous sa dénomination populaire de zef. Quelle que soit son origine, le Ziph est un instrument simplissime, uniquement constitué de 3 éléments, un ballon de baudruche reliant un rouleau de revêtement de sol à un anneau. Sur des compositions de Thierry Madiot, un orchestre variant de 2 à  13 instrumentistes invente une musique hypnotique de bourdonnements et d'harmoniques, drone music électronique jouée sur des instruments acoustiques.trompe,ballon,thierry madiot,prêle records

    trompe,ballon,thierry madiot,prêle records

    trompe,ballon,thierry madiot,prêle records