Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Chomo à l'écoute de l'univers cosmique

    medium_chomo1.jpgComme c'est dimanche, je me demandais de qui j'allais bien pouvoir parler aujourd'hui. Et puis, comme ça fait un moment que je cherchais un moyen d'écrire sur une autre de mes passions, l'art brut, j'ai soudain pensé à Chomo. Au début des années 80, j'ai eu la chance de le rencontrer deux fois dans sa maison perdue à Achères- la- forêt en Seine et Marne. Il vivait là depuis de nombreuses années, seul, dans des conditions matérielles difficiles, totalement immergé dans la création de son village d'art préludien. Il avait tout quitté lorsqu'il avait entendu en lui l'appel de quelque chose de plus grand, de plus fort que la vie conformiste du monde. Là, près de la terre, du silence, il a peint, sculpté, écrit, fait de la musique et inventé ses propres instruments à partir de matériaux de récupération. Il a aussi écrit des textes très beaux sur la musique. En voici un, extrait du livre de Claude et Clovis Prévost, "Les Bâtisseurs de l'Imaginaire" (Editions de l'Est, 1990) :
    "Les musiques dont j'ai besoin sont des musiques à inconnues, les ondes d'éternité, qui appartiennent aux forces cosmiques, à des rencontres de matériaux, de cellules sonores qui poussent des cris de joie ou de peine. C'est ça la musique pour moi. Il n'est pas question de rythme ni de notes comme faisaient les anciens : ce sont des spontanéités, des sons épurés par l'inconscient. Pour Chomo, la musique ne doit pas être écrite, elle doit être spontanée et laisser une place à l'inconscient. Chomo travaille sur des bouteilles, sur des tubes de verre, sur la harpe d'un piano désenrégimenté. ce que j'obtiens est assez satanique. Ca gueule, c'est le carrefour des contraires : les bulles sonores aux multiples facettes nacrées et la matière qui a faim de digérer la terre. C'est le grand combat d'être ou d'être dévoré par l'autre".
    medium_chomoc2.jpgEn voici un autre :
    "Quand on martyrise le fer, il crie, il se plaint. C'est très beau. La matière se plaint comme tout ce qui vit sur la terre. Ce sont des plaintes qui n'auront pas de fin. Si on écoutait les décharges publiques, c'est un peu cette musique-là qu'on entendrait. C'est le combat de la terre, de tous les matériaux."
    Je ne possède malheureusement pas d'enregistrements de la musique de Chomo. A ma connaissance, il n'en existe pas, sauf peut-être dans le film "Débarquement spirituel" que Chomo a réalisé avec Claude et Clovis Prévost.
    medium_numeriser0004.3.jpg

  • Jean Morières et la flûte Zavrila

    medium_cdjean.jpg 

     

     

     

     

     

     

     

    medium_morieres.jpg

    La flûte Zavrila, cette flûte lointainement inspirée du shakuhachi japonais, fait à nouveau entendre sa voix. Son concepteur, le musicien et compositeur Jean Morières, co-fondateur avec la chanteuse Pascale Labbé du label Nûba, sera en concert avec son trio, - Jean Morières, flûte Zavrila, Christophe Rocher, clarinette basse, clarinette, Jérôme Lefebvre, guitare, le vendredi 5 mai à 20 h 30 au salon de musique de Nûba à Montignargues (30), non loin de Nîmes (renseignements : 04 66 63 25 29) , et le lendemain samedi 6 mai à 20 h 30 au CSC Jacques Prévert, place Claude Debussy à Bagneux (92) (renseignements : 01 46 56 12 12).

    Côté discographie, le duo Labbé-Morières vient de sortir sur le label Signature le très beau "Un Bon Snob Nu", - entre jazz, microtonalité et musique ethnique -, que je vous recommande vivement. Pas de titres en écoute à proposer, mais voici trois morceaux extraits du cd solo de Jean Morières, "Improvisations à la flûte Zavrila"

     

    Site du label : http://nubaprod.free.fr/

     

  • Le Lièvre de Mars

     medium_loillieuse.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Loillieuse

     

    medium_tubophone.2.jpg

     

     

     

     

    Merdophone à tubesmedium_merdophone.jpg

     

     

     

    Merdophone à phasing naturel

          

    medium_japophone.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pseudojapophone

     

     

           La Toile réserve quelquefois de bonnes surprises aux fureteurs dans mon genre. Aujourd'hui, alors que je venais juste de frapper "lutherie expérimentale" sur l'incontournable gros Google, je suis très vite tombé sur un site dont j'ignorais l'existence, basé en plus à Rennes, ville où j'ai passé pas mal d'années à l'époque ou débutaient des musiciens comme Marquis de Sade, Niagara ou Etienne Daho, et là, surprise, que vois-je ? : les photos de quatre instruments inventés, - le premier par Eric Loillieux, et les trois autres par le carollien L. L. de Mars -, répondants aux noms imagés de japophone, loillieuse, tubophone et merdophone. Après lecture du texte  en regard des images, j'ai appris que Monsieur de Mars était compositeur, tendance acousmatique, et que ces instruments avaient été conçus pour "Coeur Vert des Oiseaux", une pièce pour lutherie expérimentale, machines et voix autour des textes du poète Michel Vachey. Comble de bonheur, au détour d'une phrase, le même Mars me renvoie par deux liens judicieusement disposés vers des pages du site déja nommé consacrées à un autre luthier libéré, DJP, devenu par réincarnation Pangeol Bedon. Et là, je découvre, raconté par ses soins, l'histoire illustrée complète du Radiocaphone 7, un procédé sonore élaboré à partir de vieilles radios et de tas d'autres composants. Mais je reviendrais sûrement sur ce nouvel appareil d'ici quelques jours...

    medium_radiocaphone_7.jpg

     

    Radiocaphone 7

     

     

     

    En attendant, on peut entendre quelques extraits de "Coeur Vert des Oiseaux" en quicktime ici ou écouter l'intégralité de la pièce en mp3

    Plus d'infos sur le site :

    http://www.le-terrier.net/musique/lldm/loil/index.htm

     

  • Le Pendule de Jéranium et Man'hu

    medium_jeranium_man_hu.jpgEt c'est reparti pour un tour ! Cette année, le festival des musiques nouvelles Musique Action fêtera sa 23ème édition, avec toujours Dominique Répécaud comme capitaine au long cours, et une programmation qui vaut largement le détour. Jugez plutôt : Eugene Chadbourne, Jean-Marc Montera, Bruno Chevillon, Pascal Comelade, Michel Doneda, Daunik Lazro, pour ne citer que quelques musiciens parmi les plus emblématiques. Et, bonne surprise, au milieu des artistes programmés, je découvre un nom qui ne sera sans doute pas inconnu des amateurs de lutheries à têtes chercheuses, le bien nommé Jéranium. Il sera présent pour cinq concerts en compagnie de Man'hu, constructrice et décoratrice, dans une création intitulée "Pendule", coproduite par le Collectif Métalu, la Compagnie A Chahuter et le CCAM. En voici le texte de présentation :

    "Jéranium et Man'hu actionnent avec parcimonie une mécanique faite de récupération et d'assemblage de matériaux divers. ils cultivent la chute des corps, font germer l'inertie et récoltent le son... "

    Plus d'infos sur les sites :

    www.musiqueaction.com

    www.centremalraux.com

     

  • Will Menter, l'homme élémental

     

    medium_beespock.jpg

     

    Après cette courte interruption suite à des problèmes de connexion, voici une nouvelle note concernant un compositeur, luthier et musicien anglais, Will Menter, installé en Bourgogne, près de Chalon-sur-Saône. Venu au départ du jazz et des musiques improvisées, son travail  s'est très vite orienté vers une mise en espace d'éléments naturels, - pierre, bois, eau -, sous la forme de sculptures et d'installations sonores. Ces dernières sont présentées soit en environnement naturel, - forêt, grotte -, soit dans le cadre d'un environnement plus formel de type musée ou galerie. Parallèlement à ce travail, Will Menter construit différents instruments traditionnels, tels des sanzas inspirées d'instruments Shona du Zimbabwe ou des llechiphones, sorte de marimbas d'ardoise. Avec ses sculptures sonores ou son saxophone soprano, il se produit régulièrement en compagnie d'autres musiciens et danseurs, ou encore au sein du Slate Trio, avec le percussionniste Pierre Corbi et le contrebassiste Benoît Keller.

    Extraits sonores de certaines sculptures ici ou la

    Voici deux spectacles à venir :

    Le premier, "Where lights meets stone", élaboré avec la danseuse Miranda Tufnell, aura lieu à St Michaels Appleby, Cumbria, Angleterre, le vendredi 5 mai à 19 h et le samedi 6 mai à 14 h. Renseignements : Dance Eden 01768899444

    Le second est un spectacle avec la Compagnie LLE à Labège-Village, Toulouse + exposition des sculptures sonores jusqu'au 3 juin + spectacle solo de Will menter le 2 juin. renseignements : 05 61 3 00 48

    Site du festival : www.festivalramonville-arto.fr

    Site du musicien : http://www.neufportes.net

     

  • Dominique Gauvrit, le bruicoleur

     medium_img0.gif   
                               
    Je viens juste de découvrir le blog de Dominique Gauvrit, musicien traditionnel et inventeur d'instruments en tous genres. On y trouve un peu de tout, de l'arrivée du printemps à la lutte anti CPE, mais aussi dans le domaine qui nous intéresse, la recette pour se fabriquer un sifflet en frêne. Des croquis guident le néophyte étape après étape dans la construction, depuis le choix du bon morceau de bois jusqu'au sifflement final. Pour ceux à qui la musique verte donne des appêtits bricoleurs, Dominique Gauvrit organise prochainement un stage consacré aux jeux, jouets et musiques des haies (plus d'infos sur son blog). Un beau programme de musique buissonnière en perspective ! 
    medium_mail-stage-3.gif

  • Odd music

     medium_gravikord.jpg                   
    J'ai décidé de présenter de chaque mois  un site consacré à la lutherie expérimentale. Ce mois-ci, c'est Oddmusic, dirigé par John Pascuzzi,  lieu incontournable pour tous ceux qui veulent découvrir le monde incroyablement riche et diversifié des inventeurs d'instruments. Beaucoup de bonnes choses au menu d'un site dédié exclusivement aux musiques et aux instruments ethniques ou expérimentaux. Parmi les rubriques les plus passionnantes, une galerie photo présentant une centaine d'instruments plus étonnants les uns que les autres, avec en bonus, pour la plupart, la possiblité d'écouter un extrait musical. Mais aussi, en vrac, une biblio-discographie très documentée, une série de liens vers d'autres sites dédiés aux instruments inventés, plus deux mini-sites, l'un consacré au theremin, l'autre aux instruments électroniques... et beaucoup d'autres surprises que je vous laisse le plaisir de découvrir par vous-mêmes.

  • Rêves sonores

    medium_roussel.jpgDès notre plus jeune âge, on nous implante dans la poitrine de fines particules de métal. Ces paramécies métalliques émettent des signaux inaudibles qui voyagent dans l'air jusqu'à la matrice où sont centralisées les données de nos vies. Elles s'assemblent entre elles sous l'aspect d'étroits filaments dorés et figurent de nos coeurs de longues excroissances téléscopiques, formant à la périphérie de nos corps, telles les auréoles des saints, une corolle d'or. A chaque battement, les fils frémissent et s'agitent doucement, brassant le sang de nos artères, apportant surcroît d'une vitalité qui nous fait cruellement défaut.
    Arthur Cromlech, Machines, 2005.
           Si vous connaissez d'autres textes comme celui-ci, ou comme ceux de Raymond Roussel ou de Boris Vian, merci de me le faire savoir. Je suis à la recherche de textes littéraires évoquant l'invention sonore sous outes ses formes : instruments, machines musicales et autres objets sonores imaginaires. J'en ai déjà récolté un grand nombre au cours de mes lectures et de mes investigations sur la Toile. C'est à Pierre Bastien que je dois le point de départ de ce travail. Il avait publié il y a quelques années un très bel article sur ce thème dans Musica Falsa. Tout un monde sonore ignoré se cache entre les pages des livres de nos bibliothèques qui ne demande qu'à être découvert et entendu.
          

  • David Fenech

    medium_david_et_monstre2_1_.jpgDavid Fenech, aka David F, ce mec là, je ne le connais pas, je ne l'ai même jamais rencontré, mais pourtant j'ai l'impression de le connaître un petit peu. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis bientôt deux ans maintenant, je lis assez régulièrement son blog, rempli d'infos et de mp3.  Et je peux dire que j'y ai fait de nombreuses découvertes. En plus ce type, il aime plein de musiciens que j'aime aussi : Wyatt, Talking Heads, Moondog, ... Côté invention d'instruments, il n'est pas en reste non plus, puisque sur le site de son label, Demosaurus records , on peut le voir jouer du balai ! Plus sérieusement, pas mal de héraults de la lutherie expérimentale ont été chroniqués sur son blog : Harry Partch, Lou Harrison, Frédéric Le JunterPierre Bastien, Stephen Scott, Hugh Davies,  mais aussi des moins connus comme le Vegetable orchestra.  En plus, il est musicien et tous les morceaux de lui que j'ai pu entendre ici et là m'ont toujours agréablement accroché l'oreille. Il a aussi animé l'an dernier au Point Ephémère à Paris, pour la deuxième année consécutive, un atelier de construction d'instruments, DIY Boogie. Alors, je ne sais pas ce qu'il faut que je vous dise encore pour vous convaincre d'aller y faire un tour. Peut-être qu'après avoir écouté quelques titres  (ici), vous n'hésiterez plus !

  • Nouvelles lutheries sauvages

     
     
     
    medium_vandervorst2.jpg
     
                                                                                                                                                                                                                                              Max Vandervorst est aujourd'hui bien connu de tous ceux qui s'intéressent aux nouvelles lutheries. Dans son premier livre, "Lutherie sauvage", publié aux Editions Alternatives en 1997, il présentait une série d'instruments de musique fabriqués à partir de matériaux de récupération. Aujourd'hui avec ce nouvel ouvrage, il récidive et va plus loin encore, offrant des recettes inédites pour construire soi-même cinquante objets sonores comme on n'en voit pas souvent. Et là aussi, comme dans l'opus précédent, les éléments les plus divers sont mis à contribution : bouteilles plastique, pots de fleurs, poubelles, tubes en PVC, boîtes de conserve. De cet univers hétéroclite surgissent des OVNI musicaux dont les noms peuvent se lire comme un inventaire à la Prévert : guidon-flûte, ocarispa, monocorde aquatique, aspirateur inspiré... Pour Max Vandervorst, la musique est partout et le plus grand intérêt de ce livre est justement de montrer que chacun d'entre nous peut lui aussi devenir un "luthier sauvage". Encore faut-il avoir l'oeil, et surtout l'oreille, pour être capable de découvrir les subtilités musicales des objets les plus anodins, tels qu'une bicyclette, un aspirateur ou un seau à charbon. Si l'on y arrive , avec de la chance, et aussi pas mal de travail, on aura peut-être la joie d'entrer alors, comme l'auteur, au pays merveilleux de la Pataphonie, "un pays unique dans lequel la musique jaillit de là où l'on ne l'attend pas".
     
     
    Site du musicien :

  • Petites musiques de bruits

    medium_ton_dieu_ne_s_appelle-t-il_pas_ego.jpgmedium_petites_musiques_de_bruits.jpg 
    Les machines à bruits d' Alain de Filippis poursuivent leur route un peu partout en France. Héritières des bruiteurs du futuriste Luigi Russolo, elles ont l'humour et la dérision en plus. Leurs noms  sont déjà le début d'un poème : Gramophone à couture, Gratouillemophone, Moulinette à brioche... L'exposition passera sûrement un jour près de chez vous, alors ne la ratez pas, vous manqueriez une occasion rare de vous dégourdir les tympans !
    Elle sera à Quemeneven, dans le Finistère, le samedi 27 mai, puis il faudra attendre le mois de juin pour la voir, cette fois-ci à Guyancourt (78), du 5 au 16 juin. D'autres dates à découvrir sur le site d'Alain de Filippis. Et pour écouter encore du cinéma pour l'oreille, c'est ici

  • Chas Smith

    medium_smith.2.jpgConnaissez-vous Chas Smith ? Si vous n'avez jamais entendu sa musique, c'est le moment de lire ces quelques lignes puis de vous précipitez ensuite chez votre disquaire préféré (si, si, il en existe encore quelques-uns !) pour commander l'un des sept cédés édités chez Cold Blue actuellement disponibles en France grâce à l'inlassable travail de distribution d'Orkhêstra. Chas Smith est un musicien et luthier expérimental américain. Sa musique, basée sur de longues plages sonores calmes et étirées, est d'une très grande beauté formelle.
    Si vous voulez en savoir plus, j'en ai aussi parlé

  • We are The Robotics

    medium_remus.jpgDes nouvelles de Jacques Rémus, musicien et concepteur de machines musicales. Il présente en ce moment en Belgique sa nouvelle création "Les Pics Verts". Voici ce qu'il en dit lui-même sur son site : "Six éléments de petite taille, des wood-blocks, munis chacun de deux baguettes à intensité variable, qui peuvent être accrochés, suspendus ou posés où l'on veut, donnent ce nom de "Pics Verts" à cette installation sonore. De sonorité très agréable, leur musique, pilotée par ordinateur, est essentiellement rythmique. Ils peuvent jouer des notes très rapprochées (40 milisecondes), donnant alors l'impression de tapis de notes continues. Par le biais d'une interface, ordinateur ou Caméra Musicale, on peut choisir les musiques que les Pics verts se feront un plaisir d'exécuter."
    Pour avoir eu la chance d'assister à une démonstration d'une autre machine musicale du sieur Rémus, le Carillon Contertomatique n° 3, je vous engage vivement si vous passez par là à ne pas manquer les serinades  de ces volatiles d'un genre nouveau !
    medium_pics_verts.jpg
    Du samedi 20 avril au dimanche 23 avril, dans le cadre du Festival Robotix's au Pass, à Frameries en Belgique, présentation des Pics Verts et de l'Ensemble des Machines à Laver Musicales

  • Lutherie urbaine

    medium_nhanssala3.jpg

     

     

     

     

     

    A Bagnolet, l'association Lutherie Urbaine poursuit depuis plusieurs années une démarche créative et originale. Initiée par Jean-Louis Mechali, batteur et compositeur qui fut membre pendant une dizaine d'années, avec son frère François, du collectif free Cohelmec Ensemble, l'association a notamment développé des ateliers sur la construction d'instruments de musique à partir de matériaux de rebuts, créé un label, Métal Satin, et monté le groupe Les Urbs, constitué de quatre batteurs percussionnistes. Ces instruments ainsi que d'autres objets sonores non identifiés sont présentés en ce moment dans le cadre de l'exposition Lutherie inouïe qui se tient du 5 au 29 avril à la Médiathèque de Bagnolet (1 rue Marceau. Renseignements : 01 49 93 60 90). Pour les veinards qui pourront s'y rendre, voilà une expo qui promet de bien belles surprises.

    medium_urbsinstrument2.jpg


     


     

     

     

     

    Lutherie Urbaine organise aussi le 20 et 21 mai et le 10 et 11 juin 06, deux stages : "Rythme et chant : le corps musicien". Ils seront animés par les musiciens mozambicains : Sandro Valadas et Ildo Nandja.

     

     

     

  • Alibi en 3D

    medium_max_2007_jpg.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si vous passez par Bruxelles, ne manquez pas le nouveau spectacle en 3D d'Alibi Collectief, The Making Of. Trois bricoleurs patentés, le luthier sauvage Max Vandervorst, l'homme-orchestre Frédéric Le Junter et le scénographe Pat Van Hemelrijck se sont rétrouvés pour créer ensemble un univers visuel et sonore autour du thème de la brocante. En voici le texte de présentation :

    Une brocante, trois brocanteurs.
    Soudain le monde s ’arrête de tourner.
    Une voix s ’élève alors dans le noir :
    «restez calme, asseyez vous, nous
    allons nous occuper de vous..».
    Les brocanteurs inventent alors un
    système électrique provisoire et se
    donnent pour mission de divertir, avec
    les moyens du bord, ce public inespéré.
    Ils se mettent à fabriquer un film à
    partir des objets de la brocante.

    FLAVORIA,Vooruitgangstraat 323, rue du Progrès 1030 Bruxelles
    ma/lu 24-04-2006 20:30 -try out
    di/ma 25-04-2006 14:30 -try out

    wo/me 26-04-2006 20:30 -avant-première
    do/je 27-04-2006 20:30 -première
    vr/ve 28-04-2006 20:30

    za/sa 29-04-2006 20:30
    zo/di 30-04-2006 15:00

    Sites des musiciens :

    www.lejunter.net

    www.maxvandervorst.be

  • Téléconcerts de Pierre Bastien

    medium_bastien.jpgDepuis l'invention du Meccanium, orchestre d'instruments traditionnels automatisés par le jeu de pièces de Meccano et de petits moteurs électriques, Pierre Bastien a poursuivi sa quête de nouveaux territoires sonores, laissant, de loin en loin, quelques traces discographiques de ses explorations.  Une quête qui l'a rendu maître dans l'art de créer des mélodies hypnotiques, pleines de rouages et de tintements. Sa musique balance, au choix, entre cabaret bastringue, jazz préhistorique, ritournelle répétitive et danse désossée.  Ici, avec "Téléconcerts" (Signature/Harmonia Mundi), en compagnie du violon d'Alexei Aigui et de la sanza  d'Axel Lecourt, il lance sa trompette nasillarde sur fond de rythmes mécanoïdes. Percussions de Meccano et autres tambours de papier sont également au rendez-vous d'une musique aussi captivante à entendre qu'à voir. Car comme toujours chez Bastien comme chez d'autres sculpteurs sonores, l'aspect plastique des instruments et des machines est tout aussi important que l'aspect musical. Heureusement, le livret d'accompagnement nous offre des images de quelques-uns de ces  dispositifs d'envoûtement, avec en prime un très beau texte écrit par leur concepteur.

    Des titres de Pierre Bastien en écoute ici

     

     

     

     

     

    Site du musicien :

    http://www.pierrebastien.com/

  • Chansons impopulaires de Frédéric Le Junter

     

    medium_le_junter.jpg

    Avec un peu de retard, je reviens sur la sortie du nouveau disque de Frédéric Le Junter, "Chansons impopulaires". On connaissait déjà son travail avec Pierre Berthet, autre inventeur d'installations sonores, pour un enregistrement paru il y a quelques années sur le label Vandoeuvre. On avait pu y découvrir un univers musical brut et singulier, des chansons désossées jusqu'à la moelle, une instrumentation basée sur des machines bricolées à partir de matériaux de récupération. Depuis, Le Junter a tracé un chemin de traverse, exigeant et rigoureux, au sein des musiques expérimentales et improvisées. Sa démarche solitaire a croisé celles d'autres défricheurs singuliers, celle notamment du guitariste Dominique Repecaud au sein d'un duo dynamité trompeusement dénommé Les Massifs de Fleurs, puis celles de Xavier Charles, Jérôme Jeanmart et Stéphane Levigneront, pour Silent Block, quartet déjanté jouant sur des instruments fabriqués à la maison. Ce nouveau CD poursuit cette démarche hors normes, les chansons y sont encore plus décapées et décapantes que dans l'album précédent. En bonus, deux vidéos dont l'une montre Le Junter se transformant en planche à voile ! Etonifiant !

    Trois titres en écoute ici.

    A acheter ici  !